Life is Feudal : Your Own

Fantômas
Thématique
18 novembre
2014
Info sur le jeu
PlateformePC Windows
ÉditeurBitbox Ltd.
DéveloppeurBitbox Ltd.
Date de sortieNovembre 2015

Avez-vous déjà rêvé de vivre au moyen-age ? Passer votre vie aux champs à travailler pour le seigneur local ou même risquer votre vie sous sa bannière ? Passer une heure à bâtir une petite hutte et à grappiller à droite et à gauche quelques bouts de bois et des baies comestibles ne vous rebute pas ? Vous aimez bien Mount and Blade mais vous cherchez un jeu qui vous laisse plus de possibilités ? Alors Life is Feudal pourrait vous intéresser, mais faudra encore patienter.

Life is hard

En effet, difficile de juger complètement un jeu toujours en alpha. Hormis les bugs qu'il est habituel de rencontrer à ce stade, de nombreuses fonctionnalités n'ont pas encore été implantées. Nous n'allons donc présenter que les éléments du jeu rencontrés. Tout d'abord, pour vous faire une petite idée du titre, imaginez un mélange entre le mod Persistent World de la série Mount and Blade et Minecraft (ou tout autre jeu actuel mélangeant crafting et survie). En gros, vous vous retrouvez sur une île, en sous-vêtements, vous vous mettez en quête de ressources, puis vous les utilisez pour créer des objets comme des outils, des armes ou même des battisses ! Ne vous attendez pas cependant à fonder un royaume en 1 heure. Même avec l'aide d'autres joueurs, la tâche sera rude. Le jeu implantant un côté RPG avec des stats, il ne vous est pas possible sur un serveur lambda (même s'il est toujours possible de le modifier via les commandes de l'Admin) de voir vos compétences augmenter considérablement. Ce sera à force de cueillette de ressources que vous serez plus efficace et à force de constructions que l'éventail de réalisations disponibles augmentera. Au bout d'une heure, estimez-vous heureux de parachever la construction d'une hutte rudimentaire.

En effet, le jeu cherche un certain réalisme. La faim ou l'endurance sont prises en compte, se reposer et manger régulièrement seront donc des tâches récurrentes. De même, il vous faudra des outils pour récolter certaines ressources (une hache pour du bois, une pioche pour du minerai…) mais aussi certains pré-requis pour créer certains éléments, comme égaliser la hauteur du sol pour les fondations d'une maison ou encore nourrir en combustible un feu. Autant de tâches qui vous ajouteront un dur labeur à celui déjà nécessaire pour espérer obtenir au moins sa première réalisation matérielle. Il vous faudra donc être patient. De plus, votre personnage n'est pas invincible et ne peut pas transporter maintes quantités de ressources et de matériaux, il faut alors planifier intelligemment les constructions, par exemple en plaçant un chantier nécessitant beaucoup de bois à la lisière d'une forêt.

But together, we stand !

On ne va pas se le cacher, Life is Feudal surfe sur la récente vague de jeux de survie et de crafting. Tout l'intérêt du jeu repose donc sur l'entraide entre joueurs. À plusieurs (jusqu'à 64 joueurs par serveur), il est ainsi possible de se lancer dans la création d'un village ou d'un château, l'entraide et la division du travail étant primordiales. Et à partir de ce moment là, il vous sera même possible de prendre les armes aux côtés de vos camarades de fortunes pour défendre vos possessions ou s'emparer de celles des autres. Le système de combat est assez limité, un clic de souris pour attaquer, l'autre pour parer. Les gestes de notre personnages sont assez « lourdeaux », il est difficile de viser/cibler, mais n'oubliez pas que l'arme possède un poids qui lui est propre et qu'il n'est pas possible pour tout le monde d'être un as du combat en une dizaine de minutes. J'ai ainsi eut toutes les difficultés du monde à me débarrasser d'un simple loup qui, las de me blesser, est parti dormir après 2 minutes de lutte tellement acharnées que sur mes 12 coups, seuls 2 l'ont touché. Néanmoins, à plus haut niveau, avec de vraies armes (et pas mon couteau à beurre comme précédemment) avec et contre de vraies joueurs, on arriverait presque au niveau des combats d'un Mount and Blade, même si les deux jeux ne concourent pas dans le même registre.

L'avantage du jeu est qu'avec un peu d'imagination, il serait possible de jouer dans un cadre très RP, où les joueurs répartis en factions (historiques ou non) s'entre-tueraient ou s'entraideraient au nom de celles-ci. Déjà qu'il est possible de bâtir des forteresses, je me demande vraiment ce que pourrait donner le jeu si plus de joueurs l'essayaient, car il ne faut pas se le cacher, celui-ci est encore trop peu connu, chose normale pour un titre indé en alpha. Il existera d'ailleurs d'ici fin 2015 une autre version de Life is Feudal : Your Own, plus complète que cette dernière, surnommée Life is Feudal : MMO, avec des éléments exclusifs, comme un système de guilde, un système de siège ou encore la possibilité de commercer.

Preview de Life is Feudal : Your Own!  Preview de Life is Feudal : Your Own!  Preview de Life is Feudal : Your Own!  Preview de Life is Feudal : Your Own!

Preview de Life is Feudal : Your Own!  Preview de Life is Feudal : Your Own!  Preview de Life is Feudal : Your Own!  Preview de Life is Feudal : Your Own!

Preview de Life is Feudal : Your Own!  Preview de Life is Feudal : Your Own!  Preview de Life is Feudal : Your Own!  Preview de Life is Feudal : Your Own!

B+
Life is Feudal : Your Own

Pour peu que vous aimiez les jeux indé, proposant un concept de survie et de crafting dans un cadre médiéval, si vous êtes très patients de surcroît et que l'entraide entre joueurs est quelque chose qui vous intéresse vraiment, alors Life is Feudal pourrait vraiment représenter une expérience de jeu originale. Encore en alpha, le jeu pourrait vraiment aboutir à un résultat surprenant. Cependant, rien n'est encore précis, notamment avec l'annonce de la version MMO. Affaire à suivre...
Intérêt historique :

  • Lyrik Le Vétéran, Testeur, Historien
  • "I'm ashamed of you, dodging that way. They couldn't hit an elephant at this distance" Major général John Sedgwick avant d'être mortellement frappé par une balle sudiste...