Hegemony Rome : The Rise of Caesar

Kuusinen
7 avril
2014
Info sur le jeu
PlateformePC Windows
ÉditeurKasedo Games
DéveloppeurLongbow Digital Art
Date de sortieMai 2014

On prend Hegemony : Philip of Macedon et on recommence, mais cette fois-ci, vous remplacez Philippe de Macédoine par Gaius Julius César, et la Grèce par la Gaule et vous obtenez Hegemony Rome : The Rise of Caesar. Pour rappel, il s'agit d'un wargame/jeu de stratégie en temps réel prenant comme trame de fond : les conquêtes de César en Gaule.

Présentation

Quatre ans après la sortie de Philip of Macedon, la série Hegemony revient avec un second épisode, portant sur l'Histoire de Jules César. Cet épisode nous donne la possibilité de partir en campagne à la tête des armées romaines, pour la grandeur de Rome. Le jeu nous offre une campagne, avec une grande fidélité historique, ce qui reste la marque de fabrique de la série. Il y aura également un mode sandbox, que je n'ai pas eu le loisir de tester du fait de son indisponibilité pour le moment. Cette preview a été réalisée dans le cadre de l'Early Access.

On ne change pas une équipe qui gagne. Ainsi, c'est encore le studio Longbow Digital Art qui officie sur ce nouvel épisode, à la différence notable, que ce jeu sera édité par Kasedo Games, la filiale digitale de Kalypso. Et comme vous pouvez le voir, sur l'image ci-dessus, le style graphique ne change pas.

Mais détaillons, si vous le voulez bien, un peu cette image. L'interface de campagne est ergonomique, vous pouvez facilement accéder aux différents ordres de missions réalisés ou à réaliser. Au-dessus de la mini-carte, en bas à gauche, vous avez trois onglets donnant trois informations qui seront toujours très importantes. Dans le premier onglet, est indiquée chaque unité ennemie vue sur la partie du territoire que vous contrôlez. Dans le second onglet, sont indiquées les différentes batailles. Et enfin, dans le troisième onglet, sont indiqués les évènements liés au ravitaillement, sur lequel nous auront l'occasion de revenir.

Tout en haut, vous avez l'état de vos économies, très important puisque si vous n'avez plus d'argent vous ne pouvez plus recruter de troupes. Et juste en dessous un petit bouton pause, sur lequel nous reviendrons plus tard.

Comme je le précise dans l'introduction, ce jeu est autant un wargame qu'un jeu de stratégie en temps réel. Alors voici deux images qui complèteront la première, et qui permettent de comprendre cette dualité.

  

En terrain connu

Pour celles et ceux qui ont déjà joué à Hegemony : Philip of Macedon, vous serez, en effet, en terrain connu. Le gameplay est sensiblement le même que pour l'épisode précédent. Le niveau graphique, en général, ne s'améliore pas beaucoup malheureusement, c'est-à-dire que c'est beau si vous vous abstenez de faire des zooms trop importants ou si vous ne vous attendez pas un jeu AAA. Exemple :

Les habitués retrouveront toujours les différents éléments de gameplay comme la gestion du moral ou celle du ravitaillement. Deux choses essentielles, car si elles sont mal gérées vous perdrez plus souvent les batailles à cause du moral bas de vos troupes, plutôt qu'à cause de la puissance de votre ennemi.

La diplomatie gagnerait à être étoffée, car elle se limite pour le moment à acheter à coup d'or la paix ou la guerre, mais le jeu n'étant qu'en Early Access, on peut penser qu'une amélioration sur ce point est encore possible.

Enfin, un dernier point, le pillage ou la capture des points de ressources auront une influence sur la gestion de vos villes, leurs lignes de ravitaillements étant assez courtes.

Le mécanisme du bouton pause est toujours là, mais ceci est plutôt une bonne nouvelle car il offre des possibilités stratégiques très intéressantes. Une petite image pour vous montrez les différentes possibilités.

Comme vous le remarquez sur l'image ci-dessus, le placement des unités apparait en blanc sur le sol. Ainsi lorsque vous mettez le jeu en pause il vous est possible de manipuler ces "rectangles" et de cette manière, vous pouvez mettre en place votre armée pour la bataille à venir. Malheureusement, l'avantage stratégique, que vous pouvez gagner en plaçant vos unités de manière à maximiser vos chances de victoire, peuvent-être vite anéanti pas des combats brouillons, à la limite de l'incompréhensible.

L'expérience

Dans cet épisode, les développeurs ont mis l'accent sur la gestion de l'expérience. En effet, si une de vos unités remportent un combat elle gagne un nombre de point d'expérience. Vous pouvez alors améliorer certains aspects de vos unités par exemple la portée de vue, ou l'augmentation des dégâts infligés, etc.

L'amélioration est aussi au cœur des villes, puisqu'elles ne peuvent produire des unités qu'en fonction des bâtiments que vous y avez construit. Ainsi, si vous construisez des écuries dans une ville; vous pourrez y produire des cavaliers... si toutefois vous avez assez d'hommes dans la ville pour former cette unité. À ce niveau là, j'ai trouvé que le jeu s'approchait de Praetorians dans la gestion des villes.

Une petite information sur la gestion des villes. Celles-ci n'ont que quatre emplacements pour les améliorations ce qui influera grandement sur votre stratégie. Elles ont, en plus des possibilités d'amélioration, la possibilité d'avoir un gouverneur ce qui permet de faire remonter le moral des villes que vous capturez à un ennemi trop hostile. Une petite image pour illustrer tout ça.

Conclusion

Si je devais résumer cette preview en une phrase, je dirais que l'aspect wargame est réussi, mais que l'aspect stratégie laisse à désirer.

Il est dommage de voir que le studio Longbow Digital Art est choisi de faire un quasi copier-coller de l'épisode précédent avec un changement de thème, sans s'essayer à quelques originalités. Parce que vendu tel quel le jeu ressemble plus à un gros DLC...

Mais le studio à pour lui d'être très à l'écoute de la communauté de joueurs, et le suivi du jeu est très bon. Une personne faisait remarquer sur cette news que le jeu serait bugué comme les autres. Au début c'était le cas, mais comme je l'ai dit le suivi est très bon, et ils ont su éliminer de nombreux bugs.

Un dernier petit mot sur le mode sandbox, celui-ci n'étant pas totalement inséré au jeu, j'attendrais l'arrivée de ce mode de jeu pour donner mon avis sur la rejouabilité.

Malgré le fait que le jeu soit en anglais, il est simple et intuitif à prendre en main (une version française est prévue). Ce jeu sera sûrement aussi complet et fidèle historiquement que ces prédécesseurs. Par contre leur nouveau moteur graphique n'est pas transcendant, les paysages se tiennent, mais les détails des unités sont vraiment horribles. Espérons que l'Early Access permettra une amélioration de ce côté-là.

    

    

  

B+
Hegemony Rome : The Rise of Caesar

Prometteur, même s'il reste encore beaucoup à faire.
Intérêt historique :

  • KuusinenAncien membre d'HistoriaGames
  • "  À force de murmurer le nom du Roy, naîtront l'espoir du Roy, puis la nécessité du Roy, enfin la Royauté renaîtra." Talleyrand