Foundation : Départ sur de bonnes bases

L'Amiral
Thématique
30 mai
2019
Info sur le jeu
PlateformePC Windows
ÉditeurPolymorph Games
DéveloppeurPolymorph Games
Date de sortieFévrier 2019

Le city builder est décidément un drôle de style de jeu. Qu’est-ce qui pousse un individu à regarder des citoyens fictifs organiser leur lieu de vie tout aussi pixelisé (en leur donnant un coup de pouce, bien sûr) et à en tirer du plaisir ? Je fais partie de cette catégorie : donnez-moi un jeu de construction de ville ou de gestion et je vais y passer plusieurs heures, planifiant méticuleusement les zones de travail, construisant des quartiers à grands renforts de clics… pour finalement m’arrêter 5 minutes et regarder ma création tourner comme sur des roulettes - ou s’effondrer lamentablement. Si vous êtes atteint du même virus, Foundation est fait pour vous.

Foundation, la création du studio de nos cousins québécois Polymorph Games, a d’abord vu le jour sur une page de financement participatif Kickstarter. Et le succès de cette initiative a de suite été au rendez-vous, avec une campagne menée tambours battant, et un accueil plus que positif par la communauté.

Mais qu’est-ce qui a soulevé si haut un city builder d’apparence basique ? Le talent de l’équipe, certainement, mais pas que : Foundation parvient à nous faire retrouver l’ambiance des city builders du début des années 2000, un juste retour aux sources qui donne finalement un grand bol d’air.

Preview de Foundation  Preview de Foundation  Preview de Foundation
Preview de Foundation1. Rome ne s'est pas faite en un jour... - 2. Les citoyens attendent leur constructeur pour les habitations. - 3. Deux étals de nourriture du marché. - 4. La hutte du forestier permet de reboiser des zones.

La couche d’o-zones

Foundation se distingue quand même de ses congénères par un mode de fonctionnement bien particulier : le joueur n’a ici pas toute l’autonomie qu’il veut dans l’élaboration de sa colonie. Le début d’une partie commence comme tout autre city builder avec le choix du type de carte... puis la vue d’un centre de village, sorte de place centrale, avec quelques citoyens rassemblés.

Le tutoriel est absent : au joueur de se débrouiller seul, et de progresser en tâtonnant. Ce fonctionnement peut sembler un peu injuste, surtout que le jeu ne dispose que d’une petite aide (heureusement accessible en partie), mais qui ne donne pas non plus trop de solutions. Gageons que ce souci sera résolu pour la sortie du jeu, mais au vu de la réactivité du studio, c’est presque une certitude !

Tous les sept jours, deux nouveaux habitants rejoignent votre village en fonction du bonheur de la population déjà présente. De nombreux facteurs influencent la qualité de vie dans la ville : l’accès à l’eau (grâce aux puits), à des habitations, mais aussi la nourriture - et sa variété... sans oublier la foi.

C’est là que Foundation développe toute son originalité : le joueur a la possibilité de construire des bâtiments économiques pour récupérer les ressources (allant du basique bois à la viande de cerf obtenue en chassant)... mais son champ des possibles s’arrête ici.

Le jeu a de quoi donner des sueurs froides aux joueurs d’Anno ou autres névrotiques habitués aux avenues carrées et aux bâtiments résidentiels bien placés : rien de tout cela dans Foundation ! Le joueur ne dispose que d’un pinceau pour définir une zone résidentielle, dans laquelle les citoyens vont construire leurs habitations.

Si le joueur a le droit d’être un peu dubitatif à la lecture de ces lignes sur l’efficacité de la chose, la réalité est que les développeurs ont su rendre cet outil attractif. Finalement, on tombe sous le charme de ces chaumières poussant dans un désordre apparent, mais qui donne une impression très médiévale.

Idem pour les routes : il peut sembler étrange de retirer au joueur la possibilité de créer des voies pavées ou des chemins de terre. Mais ici aussi ce sont les habitants qui créent les routes par la force des choses : plus un itinéraire est emprunté, plus il va être carrossable et donc être pérennisé. Le zonage résidentielle et les routes automatiques fonctionnent plutôt bien - un bâtiment n’apparaîtra jamais sur une route, mais toujours à côté.

Enfin, un point est essentiel pour définir la désirabilité d’une zone résidentielle et donc l’implantation des citoyens à cet endroit : le marché. Ce lieu essentiel n’est pas un bâtiment d’un seul tenant - et c’est cela aussi qui fait le charme de Foundation.

Preview de Foundation  Preview de Foundation  Preview de Foundation
Preview de Foundation5. Les débuts d'une partie sont angéliques. - 6. Sans moutons, pas d'habits... - 7. J'ai de quoi débloquer des nouveaux bâtiment auprès du peuple. - 8. La construction d'une partie de l'église rustique.

Ville en kit

Le marché doit être vu comme un assemblage d’étals que l’on peut placer comme il le souhaite, dans un rayon donné. Carré, couvert, à l’air libre, rond, aéré… toutes les configurations imaginables sont possibles. Plusieurs échoppes sont disponibles : de nourriture, de biens communs ou de biens de luxe. Plus une habitation sera proche d’un marché développé (donc ayant les trois types d’échoppes), plus elle pourra évoluer vite, donc être plus jolie mais aussi accueillir plus de monde et avoir un impact non négligeable sur le bonheur.

Vous avez saisi les possibilités pour faire votre marché ? Bien. Maintenant, dites-vous que les bâtiments religieux sont personnalisables de la même façon. Un petit mot en préambule : une fois par semaine (in game), les habitants seront appelés par un doux son de cloches à l’office. Leur capacité à trouver un lieu de culte disponible et dans un rayon convenable autour de leur habitation est un facteur important pour le niveau de satisfaction et de bonheur.

L’église rustique, au toit de chaume, peut se voir ajouter un petit clocher et quelques ailes, mais l’église en pierre est bien plus satisfaisante au niveau de l’oeil. Entre gargouilles, arc-boutant, tour ronde, petit ou grand clocher, tout est possible pour créer l’église de ses rêves et surtout de ne pas être engoncé dans un schéma pré-défini.

Le manoir du seigneur ou le monastère (avec son cloître) fonctionnent de la même manière. Ces bâtiments en morceaux sont un plaisir à placer et à construire, et il n’est pas rare de mettre le jeu en pause pour planifier sa future église ou le manoir du seigneur. Et la recette fonctionne plutôt bien !

Preview de Foundation  Preview de Foundation  Preview de Foundation
Preview de Foundation9. Le village prend forme, avec le pont en pierre. - 10. Le manoir du seigneur, qui lui aussi ne s'est pas construit en un jour. - 11. Le bailli n'a pour l'instant qu'une utilité limitée. - 12. Les premières maisons se sont agrandies.

Medieval Life Simulator

Si la production de ressources est au coeur du jeu, la gestion des habitants propre à Foundation est elle aussi assez intéressante. Tous les habitants arrivent sans emploi : à vous de les assigner à un poste, dans lequel ils vont gagner de l’expérience pour être finalement de plus en plus efficaces dans celui-ci.

Ce petit côté gestion permet de s’impliquer un peu plus dans l’élaboration de la ville, mais surtout de son économie. Celle-ci demeure basique mais relativement efficace : à vous de gérer la nourriture (ferme de blé, huttes de chasseur ou de pêcheur…) puis l’approvisionnement des citoyens en habits ou en produits de luxe. Le commerce est un peu balbutiant encore, et au bout de dix heures de jeu, je ne suis toujours pas parvenu à vendre quelque chose à un marchand...

Enfin, Foundation dispose d’un système de quêtes pour débloquer de nouveaux bâtiments. Il existe trois factions avec qui développer des relations : le peuple, l’Église et le roi. Très régulièrement, vous allez recevoir des quêtes hélas trop répétitives pour l’instant : livrer trente unités de baies au roi, cinq unités de pain à l’Église… la réussite de chaque mission vous confèrera des points à utiliser pour débloquer de nouveaux bâtiments.

Par exemple, si votre église rustique atteint un certain nombre de points de religiosité et que vous avez suffisamment de points de relation avec l’Église, vous pourrez débloquer l’église en pierre. Idem pour le manoir du seigneur avec le peuple ou les bâtiments militaires avec le roi...

N’espérez cependant pas de mener des combats : Foundation n’est pas un STR, et la seule utilité de vos soldats pour l’instant sera de les envoyer en mission pour le roi et de revenir avec du vin (ressource de luxe), de l’argent et un territoire gratuit. Il y a peu de chances que cela change en l’absence de possibilité de contrôler individuellement les habitants.

Preview de Foundation  Preview de Foundation  Preview de Foundation
Preview de Foundation13. Et ça pousse... - 14. La construction du monastère, le cloître est déjà presque terminé. - 15. L'église en pierre a un cachet très sympathique, avec l'ajout de décorations. - 16. Voilà le résultat d'une dizaine d'heures de jeu.
A
Foundation

City-builder prometteur
Foundation est un jeu très prometteur pour tous les passionnés de city builders. Le développement des bâtiments en zones est tout bonnement génial et l’allure d’une ville devient très vite assez sympathique. A mi-chemin entre god game et city builder, Foundation a de quoi satisfaire les passionnés du genre tout en permettant aux néophytes une entrée en douceur dans ce mode de jeu. Pour l’instant en accès anticipé, Foundation est déjà très intéressant même si l’économie est encore un peu balbutiante et que l’interface est - à mon goût - trop petite. Si l’équipe de développement parvient à régler ces quelques soucis, alors Foundation est en bonne place pour finir numéro 1 sur mon podium des city builders.
Intérêt historique :Foundation n'a pas vocation à être un jeu réaliste au niveau historique. Cependant, on sent que les développeurs ont fait des recherches pour modéliser des bâtiments médiévaux de la meilleure façon qu'il soit. Idem au niveau des ressources, ou du monastère : il y a eu de la recherche... mais Foundation ne s'ancre dans aucune époque connue.
  • +Graphiquement intéressant
  • +Les constructions s'accordent bien
  • +Bien optimisé
  • -Interface encore un peu minimaliste
  • -Quêtes répétitives
  • -Peu de défi

  • Witz Rédacteur, Testeur, Chroniqueur, Historien
  • « L'important n'est pas ce que l'on supporte, mais la manière de le supporter » Sénèque