Preview de Commander : The Great War

Par Lyrik

  • PC Windows

Commander : The Great War jaquette PC

Titre original : Commander : The Great War
Groupe : Commander
Genre : Stratégie
Sous-genre : Wargame au tour par tour
Éditeur : Slitherine Software
Développeur :
Sortie : 12 novembre 2012
Support : Windows 98 | ME | 2000 | XP | Vista | Seven
Langues : Français | Anglais | Allemand

Le 11 novembre approche à grand pas et c'est non sans allusion que Historiagames vous propose une Preview de Commander : The Great War. Ce jeu, développé par The Lordz Games Studio et édité par Slitherine, est le dernier venu de la série Commander. Celle-ci place le joueur à la tête d'un des camps opposés lors d'une guerre précise, la seconde guerre mondiale dans le premier titre, les guerres napoléoniennes dans le deuxième et désormais la première guerre mondiale. On pouvait reprocher aux précédents titres leur simplicité et leur manque de nouveautés au travers des différents épisodes. Commander : The Great War fait-il exception ?

Commander : The Great War, comme son nom l'indique, permet au joueur de faire et refaire la première guerre mondiale. Il faut cependant noter que nous avions reçu une version limitée, destinée à la presse, où seule la campagne « 1914 » est jouable.

Dès que le jeu est lancé, un changement saute aux yeux : le jeu est adapté aux grands écrans ! Le moteur graphique a un peu changé également, rendant les animations plus sympathiques. Le soin apporté aux unités permet de les distinguer les unes des autres. Par exemple, on remarquera du premier coup d'œil le soldat français à l'uniforme aux couleurs vives ou le « tommy » anglais.

Le concept de jeu, lui, n'a pas bougé d'un poil. Pour l'emporter, il faudra capturer les différentes capitales du camp adversaire. Le joueur a donc sous ses ordres des unités d'infanterie, de cavalerie (oui des cavaliers ont participé à la première guerre mondiale !), des canons, des avions, des navires et mêmes des trains blindés. Il y a donc un grand nombre d'unités, chacune ayant des caractéristiques propres (lesquelles pourront être modifiées par le terrain) et un rayon d'action différent. Certaines changeront d'apparence au cours des années (les soldats français abandonneront leurs pantalons rouges pour la couleur bleu horizon) et d'autres se débloqueront grâce aux recherches technologiques, comme les chars. Le jeu se concentre donc sur l'aspect militaire, même si le joueur aura la possibilité, toujours limitée malheureusement, de jouer la carte diplomatique pour demander la reddition d'un ennemi ou déclarer une guerre, ou de moderniser son armée en lançant des recherches technologiques et en produisant de nouvelles unités.

Pour vous permettre d'imaginer un peu l'ambiance du titre, je vais vous raconter les premiers tours de ma partie. Au départ, seule la Serbie est jouable et face à l'empire Austro-Hongrois, je fais pâle figure. Je combats bec et ongles mais ne cesse de perdre du terrain. Quelques tours plus tard, la Belgique et la France entrent en guerre. Les Allemands me font face, mais, malgré de nombreuses pertes, je ne recule pas. La Belgique ne tarde cependant pas à capituler après la chute de sa capitale. Ma situation empire lorsque les Allemands font une percée magistrale jusqu'à Paris où je les stoppe net avec l'aide du Royaume-Uni entré récemment en guerre. Je suis au plus mal lorsqu'enfin la Russie se lance au combat. Ses troupes sont nombreuses et les Allemands n'ont pas l'air très présents dans le secteur Est. Je décide de lancer une offensive générale. Mal m'en a pris : me voilà défait lors de la plupart des combats, les Allemands, aidés des Austro-Hongrois, grignotant même la Russie ! Malgré tout, je décide de ne pas me laisser faire, je modernise mes armées, crée de véritables points de défenses et tient bon, malgré l'entrée en guerre de nouveaux pays, aussi bien dans le camp de la triple alliance que de la triple entente. Les tours suivant ne me sont pas plus favorables et malgré plusieurs victoires retentissantes, je suis au bord de la défaite. La suite... et bien… elle n'appartient qu'à moi !

Du côté historique, le jeu s'en sort plutôt bien. Les dates d'entrées en guerre sont respectées, vos actions peuvent rapporter des bonus et des évènements historiques viennent influencer les parties. Revenons sur ces deux derniers points cités, à savoir les bonus et les événements historiques. Pour le premier, par exemple, lorsque vous aurez montré que la guerre sous-marine peut-être réellement efficace, vous pourrez obtenir un bonus dans la production sous-marine. Pour le second, certains événements historiques se déclenchent, comme les « taxis de la Marne », taxis qui permirent durant la guerre le transport des troupes françaises vers le front en 1914 et qui dans le jeu, procurent un bonus de déplacement.

Notre Verdict prometteur

Abordant un conflit peu représenté dans les jeux vidéo, reprenant le gameplay de ses ainés en y ajoutant un nouveau moteur ainsi que quelques nouveautés et se montrant un peu plus difficile, Commander : The Great War semble être bien parti pour s'imposer comme le meilleur titre de la série Commander.

    

    

    

  • Lyrik Le Vétéran, Chef de la section audiovisuelle, Testeur, Correcteur

  • "I'm ashamed of you, dodging that way. They couldn't hit an elephant at this distance" Major général John Sedgwick avant d'être mortellement frappé par une balle sudiste...