Call of Duty WW2 : Rejoignez la confrérie des héros

Roi d'Albanie
22 septembre
2017

Non, on ne parle pas d’Assassin's Creed, mais bien de Call of Duty. À travers cette vidéo, Activision revient, via divers membres de l’équipe de développement du jeu, sur les origines et les motivations qui ont poussées à la réalisation de ce prochain opus.

Si ce Call of Duty reste un jeu vidéo, avec les libertés et les partis pris que l’on peut leur connaitre, il n’en reste pas moins chargé d’une véritable valeur historique. L’équipe de développement confie notamment à travers la vidéo qu’elle a voulu rendre hommage à ceux qui ont su se soulever contre le nazisme et le totalitarisme. La campagne solo devrait donc être particulièrement soignée, comme nous vous l’annoncions dans un précédent article.

À travers le développement de personnages à la psychologie et aux relations complexes, mais aussi via une écriture soignée, Activision promet de s’impliquer et de mener une véritable réflexion sur ce que fut le second conflit mondial. Là où les précédent FPS du genre se contentaient d’arborer une vision purement spectaculaire de la guerre et restaient en surface, Call of Duty WWII va gratter en profondeur pour nous en livrer une interprétation intime et puissante, dans le prolongement de ce que World at War avait déjà commencé à mettre en place. Au programme donc, de nombreuses facettes de la guerre rarement abordées dans les FPS à gros budget.

Outre la question raciale sous le régime nazi, rarement abordée de façon explicite dans les jeux vidéo, des thématiques relatives au traitement des prisonniers de guerre, ou encore à la résistance devraient être présentes. Une première partie du jeu se déroulera donc en Normandie, où la Bloody First tentera tant bien que mal de se frayer un passage dans le bocage normand.

Une seconde dimension du scénario nous promet d’assister de l’intérieur à la libération de Paris, notamment à travers la vision du personnage de Rousseau, résistante française inspirée de figures comme Germaine Tillion ou encore Simone Segouin. Aidés par des instructeurs et des commandos parachutés depuis Londres dans le cadre des missions Sussex, les résistants devront donc mener la lutte contre l’oppresseur en attendant l’arrivée des Alliés pour parachever la libération de la capitale. Au programme de cet arc scénaristique, un focus sur l’insoumission et la désobéissance face à l’occupant.

Après ce petit séjour parisien, le joueur sera alors invité à poursuivre les réjouissances du côté des froides forêts des Ardennes où il devra tant bien que mal repousser la grande offensive allemande de la fin de l’année 1944. Ce passage sous la neige constituera une occasion de découvrir plus en détail l’esprit de résilience et le courage des troupes américaines qui ont su repousser le dernier coup de poker du régime nazi.

Enfin, l’épilogue de notre aventure nous amènera au cœur du Reich, dans la forêt de Hurtgen où fut menée l’une des plus importantes batailles de la Seconde Guerre mondiale.

Au final, si Call of Duty WWII reste un jeu vidéo à gros budget, avec les limites que l’on lui connait, son mode solo promet toutefois une expérience authentique et une découverte en profondeur de ce que fut le second conflit mondial, via un degré de réflexion et d’approfondissement rarement atteint dans un jeu vidéo.

Rendez-vous le 3 novembre pour découvrir cette campagne solo.