Chronique : L'Histoire jour après jour

3 mars 2013 par Kreuzberg | Chronique historique

Troupes de l'Armée rouge attaquant Kronstadt

Chères lectrices, chers lecteurs, amies gameuses, amis gameurs ! Voici votre chronique dominicale !

HistoriaGames, au delà de sa passion des jeux vidéos, se veut toujours plus proche de l'Histoire, qui est l'origine même de sa création. C'est ainsi que Kreuzberg, chroniqueur, nous livre, jour après jour sur la page Facebook de notre site (http://www.facebook.com/) les événements de l'Histoire. Du 1er Janvier au 31 Décembre, retrouvez les événements qui ont marqués l'Histoire de l'Humanité sur notre page Facebook et sur la chronique hebdomadaire dédiée à la réédition de ces événements.

Plongez-vous dans l'Histoire...


25 février

1830 : Bataille d'Hernani, ou le début de la polémique suite à la première représentation de la pièce théâtrale éponyme de Victor Hugo. Hernani fut le plus grand chef d'oeuvre du talentueux intellectuel, mais aussi la plus virulente des polémiques littéraires de l'époque. À la Comédie-Française, on hurle, on insulte, on fait des gestes obscènes, on s'offusque, on lance des objets à travers la salle et sur la scène. En effet, Victor Hugo n'a pas respecté les trois règles fondamentales d'unité, c'est-à-dire les règles de temps, de lieu et d'action. C'est une insulte directe au écrivains classiques. Et Hugo multiplie les représentations et les arguments, se révélant comme le chef de file des écrivains romantiques et l'ennemi juré des écrivains classiques. Les théâtres deviennent des champs de bataille où les romantiques et classiques se battent violemment tant verbalement que physiquement, à un tel point que la police doit intervenir pour faire cesser la représentation d'Hernani, comme le 10 Mars 1830. Un homme fut même tué d'un coup de pistolet au cours d'un duel où il défendait l'oeuvre de Victor Hugo. Les combats dans les théâtres ne cesseront que pour se déplacer dans la rue, à l'occasion de la Révolution des Trois-Glorieuses. Néanmoins, ce fut un succès commercial : plus de 1 000 francs par représentation et 6 000 francs pour la vente des droits d'édition. Mais la bataille d'Hernani est remportée par les romantiques, qui achèveront le camp des classiques avec une autre oeuvre théâtrale de Victor Hugo très critiquée : "Le Roi s'amuse".


26 février

  • 1797 : La Banque d'Angleterre émet le premier billet d'une livre. Cette monnaie sera une monnaie-référence durant la première moitié du XIXe siècle, lorsque l'Angleterre est bien au-delà des capacités économiques et industrielles françaises, allemandes, autrichiennes et espagnoles.
  • 1815 : Napoléon s'échappe de l'Île d'Elbe à bord du navire "L'Inconstant". Il débarquera à Golfe Juan, pour faire enfin un périple jusqu'à Grenoble puis jusqu'à Paris, et ce sans tirer un coup de feu et en ralliant des troupes royalistes à sa cause.
  • 1916 : Les Allemands occupent le fort de Douaumont. L'ouvrage défensif, qui fait partie de la ligne de défense mise en place par le général français Séré de Rivières en 1870 pour protéger la frontière franco-allemande, tombe sans grande résistance. L'armée allemande attaque pour pousser la ligne de front à 600 mètres du fort ... Mais étonnés par le calme régnant, les soldats allemands continuent d'avancer, s'enfoncent dans les galeries et font prisonniers les 57 soldats français qui occupaient Douaumont. La bataille tourne à l'avantage de la Triplice.

27 février

1778 : Signature des accords franco-américains pour la Guerre d'Indépendance Américaine. Louis XVI, soucieux de se venger de l'Angleterre entrée en guerre contre les insurgés américains et désirant obtenir plus de popularité auprès des Français, signe des accords avec George Washington et ses conseillers. Dès lors, la France entre en guerre. Une guerre principalement navale, qui commença par une série de batailles dans la Manche et qui se termina par une guerre de convois à travers tout l'Océan Atlantique Nord. Mais il y aura des interventions terrestres françaises grâce au corps expéditionnaire du général Rochambeau. Un mensonge s'est développé au fil de l'Histoire et de la montée en puissance des USA, un mensonge selon lequel l'impact de la France aurait été très minime dans la Guerre d'Indépendance Américaine. C'est faux, puisque c'est la France qui poussa la Hollande et l'Espagne à se ranger du côté des USA et c'est la France qui remporta la bataille navale de Chesapeake et la bataille terrestre de Yorktown qui furent décisives.


28 février

1921 : Insurrection des marins du Cronstadt contre l'URSS. Cette base navale non-loin de Saint-Pétersbourg accueille des milliers de marins à tendance socialiste et démocrate. Près de trois ans après l'Octobre Rouge, les marins sont outrés par les pratiques du gouvernement bolchevik mené par Lénine : exécutions sommaires, réquisitions de récoltes, transformation des paysans en prolétaires. Les esprits s'échauffent, et la révolte éclate. Les insurgés partent du cuirassé Petropavlovsk et contaminent toute la ville qui se déclare pleinement opposée à Lénine et sa politique. Partout dans Cronstadt, les idées se répandent : réélection des soviets, liberté d'expression, droit aux paysans et artisans de travailler librement s'ils ne possèdent pas de salariés. Mais c'est impossible. Et le commissaire à la Guerre, Trotsky, ordonne l'écrasement de la rébellion par l'armée bolchevique. La ville rebelle ne tiendra pas longtemps sous les assauts, et 900 marins seront fusillés tandis que 8 000 autres fuient en Finlande. Trotsky est satisfait de régler rapidement cette affaire, mais pour Lénine, c'est un échec cuisant qui doit amener à une nouvelle pensée autre que le bolchevisme : le soviétisme. Et la première réforme du soviétisme restera gravée dans l'Histoire, puisque des cours entiers y sont consacrés. La NEP. La Nouvelle Politique Economique, destinée à redonner le droit d'initiative aux agriculteurs et généraliser la collectivisation des terres, outils et bétails, sacrifiant le secteur agricole pour l'avènement du secteur industriel.


1er mars

1562 : Massacre de Wassy-en-Champagne. L'édit de Janvier avait interdit aux protestants de faire leurs pratiques librement ; et dans cette petite ville champenoise, les protestants font leur office dans les granges. François II de Guise, puissant noble catholique, ne peut tolérer cela. Il fait aligner ses arquebusiers autour des granges alors que les protestants font leur prêche. Un officier royal entre et ordonne aux protestants de sortir. A peine sortent-ils au grand jour que les arquebusiers ouvrent le feu. Les cadavres s'amoncellent à l'entrée des granges. Les protestants, terrorisés, se réfugient dans le fond des granges et ne sortent plus. Le commandant des arquebusiers du duc de Guise donne l'ordre d'abandonner les arquebuses et de sortir les sabres pour fouiller l'intérieur. Les protestants qui ne seront pas morts sous les tirs catholiques mourront par le fil de l'épée. L'annonce de l'évènement se répand dans tout le royaume comme une traînée de poudre. Face à la cruauté intolérante de François II de Guise qui s'autoproclame chef des catholiques français, le prince Louis de Bourbon-Condé (qui est lui, reconnu comme chef des protestants français, et non pas autoproclamé) appelle à la vengeance dix jours plus tard. Les soldats protestants massacrent les catholiques à leur tour. C'est la Première Guerre Française de Religion, qui ne se terminera qu'en 1563 avec la Paix d'Amboise.


2 mars

  • 1807 : Les Britanniques interdisent le commerce d'esclaves entre l'Afrique et l'Amérique. L'Angleterre exhortera toutes les nations européennes à renoncer à la traite, agissant d'ailleurs comme une véritable police des mers, fouillant tous les navires suspects. L'Angleterre deviendra l'un des premiers pays à abolir l'esclavage en 1833.
  • 1991 : Un des plus grands auteur-compositeur-interprète français nous quitta. Lucien Ginsburg, plus connu sous le nom de Serge Gainsbourg, est victime d'une crise cardiaque à son domicile parisien rue de Verneuil.

3 mars

1918 : Traité de Brest-Litovsk. Dans l'objectif de pouvoir finir la guerre civile, le gouvernement révolutionnaire russe signe une paix séparée avec l'Allemagne dans la ville située près de la frontière polonaise. Les bolcheviks sont très défavorisés dans ce traité. La Russie (qui n'est pas encore l'URSS) perd la Pologne, la Finlande, l'Ukraine, la Lituanie, l'Estonie, la Lettonie ainsi que des territoires en Turquie. Lénine qualifie le traité de "honteux" mais est obligé de convaincre ses confrères de se soumettre aux exigences allemandes, du fait que les armées russes n'ont fais que perdre des batailles depuis Tannenberg. Trotsky, qui a voté contre, démissionne de son poste au Conseil des Commissaires du Peuple. Quant aux Allemands, ils évacuent leurs troupes de l'Est et les fais transférer sur le front occidental pour appuyer les manoeuvres allemandes contre les Alliés de l'Entente.

  • Kreuzberg Ex-Chef de la section littérature , Ex-Testeur, Ex-Chroniqueur, Ex-Historien

  • Ancien membre d'HistoriaGames : Tombé au combat
comments powered by Disqus