Le réseau Shelburne

23 mars
2017
Info sur le livre
Titre originalLe réseau Shelburne
Auteur
  • Alain Stanké
  • Jean-Louis Morgan
ÉditeurArchipel
GenreTémoignages
Sortie22 mars 2017
Nombre de pages272

72 ans après la fin de la guerre, il existe encore de nombreuses zones d’ombre sur cette période. Le livre "Le réseau Shelburne" vous plongera dans un des réseaux d’exfiltration de pilotes alliées les plus discrets, au plus fort de la guerre.

Rapide coup d’œil historique

Le réseau Shelburne (objet de ce livre) est un réseau d’exfiltration de pilote mis en place par les Anglais en France. Le réseau est dirigé par un Québécois ayant participé au débarquement de Dieppe.

Le réseau qui reste en place jusqu’à la fin de la guerre a permis l’exfiltration de nombreux pilotes, mais aussi parfois des résistants ou agents comme « le Russe ».

Contrairement à de nombreux réseaux de l’époque, Shelburne est un exemple de discrétion. Cette discrétion tient pour beaucoup à son chef Lucien Dumais qui n’hésita pas à menacer de mort les personnes ne respectant pas la discrétion nécessaire à ce type d’opération.

Deux mots sur les auteurs

Alain Stanké, né en 1934 en Lituanie, est un journaliste, éditeur, écrivain, producteur canadien. En 1944, il est déporté dans un camp de travail en Allemagne. À la fin de la guerre, il part en France où il reste jusqu’en 51 avant d’émigrer au Canada. Il devient alors journaliste.

Ce livre n’est pas le premier prenant place pendant la Seconde Guerre mondiale. Il s'agissait alors d'une autobiographie (Des Barbelés dans mes mémoires) racontant son enfance sous l’occupation nazie et soviétique.

Jean-Louis Morgan est un journaliste et traducteur. Auteur de plusieurs livres historiques, il a déjà travaillé avec Alain Stanké par le passé (Histoire vécues du Débarquement, L’Archipel, 2014).

Que nous est'il raconté ?

Comme je l’ai dit dans l’introduction, le livre nous fait découvrir l’un des plus grands réseaux d’exfiltration de pilotes alliés. Le livre, divisé en quatre parties, vous raconte l’histoire du réseau, via le regard de différents membres du réseau. Ainsi vous découvrirez comment un simple soldat québécois est devenu le créateur et chef du réseau. Vous y découvrirez l’organisation des opérations, la coordination entre le maquis breton et Londres.

Ensuite, vous vivrez ces mêmes opérations, mais du point de vue d’autres personnes. En quelques sorte, vous intégrez le réseau, vous sentez la tension monter lorsque la Gestapo se rapproche de nos protagonistes.

Comment est écrit le livre ?

Ce livre peut être séparé en deux parties. La première est écrite de façon similaire à un roman alors que la seconde ressemble plus à des entretiens entre les auteurs et les membres du réseau.

Comme je l’ai dit précédemment, la première partie est sous une forme « romancé ». Mais attention, ici je ne dis pas romancé dans le sens fiction. En effet, le livre est construit à partir de recherches et d’entretiens. Toutes les informations ont ensuite été retranscrites comme un roman de guerre, en reprenant tous les codes du genre. Cette petite remise en écriture permet de rendre le récit plus attractif et plus intéressant pour le lecteur. En plus de cela, elle permet de toucher plus de gens qu’un ouvrage classique, qui peut parfois être bien plus lourd et difficile à lire.

La seconde partie, elle, ressemble plus à des entretiens classiques si ce n’est qu’ils sont construits comme un documentaire télévisé. Vous ne verrez pas les questions, mais on vous donne l’impression d’un récit. Cependant, cet effet est bien plus léger que dans la première partie. L’alternance de ces nuances permet de renforcer le côté témoignage et authentique du livre que nous pouvons parfois oublier.

La place de l’histoire dans le livre ?

L’Histoire est dans le livre un personnage à part entière. Les protagonistes du livre sont ici pour faire vivre l’Histoire et non l’inverse. Du fait même de sa construction, ce livre à une grande valeur historique. Ici, pas de place à l’invention. L’information vient directement des sources de l’Histoire. Les témoignages sont en plus étayés par des archives anglaises de l’époque.

Un des avantages du livre et de vous faire découvrir l’Histoire via les histoires. Vous ressentirez l’histoire par les sentiments, la sensation et non pas une accumulation de fait ou de chiffres. L’autre avantage est de découvrir ces soldats de l’ombre qui ont pris tous les risques. Alors qu’ils sont régulièrement relégués en second plan, le livre leur redonne la place qu’il leur est dû.

Le livre en livrant plusieurs points de vue, permet aussi de saisir l’ensemble des problématiques posées par une opération sans trop entrer dans le détail.

Verdict

Dès la lecture des premières pages, j’ai été absorbé par le livre. Ce qui n’est pas forcément évident avec des livres de ce type. Le choix d’écriture fait par les auteurs en est surement à l’origine. L’autre bon point fort du livre est de replacer les hommes au centre de l’histoire.

Finalement, malgré une certaine appréhension, j’ai grandement apprécié ce livre. Il m’a permis d’aborder simplement un sujet que je connaissais peu.

En somme un très bon livre, que je recommande, en particulier si vous vous intéressez au réseau de résistance.

  • Calisaque Testeur, Critique, Chroniqueur
  • "Les hommes de génie sont des météores destinés à brûler pour éclairer leur siècle.” Napoléon