La Madone des maquis

Discab
29 octobre
2014
Info sur le livre
Titre originalLa Madone des maquis
AuteurSylvie Pouliquen
ÉditeurEditions De Borée
GenreRoman historique
Sortie27 septembre 2014
Nombre de pages288

Nous vous parlions il y quelques mois des éditions de Borée, qui se spécialisent dans la promotion du patrimoine français. Maison au catalogue riche et éclectique, elle publie aussi bien des essais que des romans ou de la bande dessinée. Un rapide coup d’œil à son catalogue vous permettra de vous rendre compte de l’impressionnante diversité de leurs publications. Si vous êtes, comme nous le sommes, passionné d'Histoire dans toutes ses déclinaisons, nul doute que vous trouverez là de quoi satisfaire votre appétit.

Nous vous révélions donc à l'époque la publication du livre sur lequel ont collaboré Sylvie Pouliquen et Jean-Paul Paireault : Les Maquis de France, Lieux de mémoire. Pour une présentation succincte de ces deux passionnés, vous pouvez vous référer à l'article en question (voir l'article). Toujours est-il que Sylvie Pouliquen continue de tracer son chemin littéraire à travers la mémoire des résistants, et en particulier des maquisards. Après L'album de la résistance et Les Maquis de France, voici qu'elle quitte le livre illustré pour se confronter avec La Madone des maquis à un genre on ne peut plus périlleux : le roman historique. Petit tour d'horizon de ce coup d'essai romanesque.

La Madone des maquis nous propose de suivre l'histoire de Clara Harkness, jeune femme libre ayant entrepris une carrière diplomatique à la veille de la Seconde Guerre mondiale. À la suite d'un accident de chasse, elle se trouve obligée de rentrer chez elle en convalescence. Seulement, cette vie morne ne lui convient pas. Aussi demande-t-elle à reprendre du service et, contre toute attente, elle est engagée par les services secrets britanniques. S'en suivent diverses péripéties qui mèneront notre héroïne à travers l’Europe et la guerre.

La force du récit tient dans la diversité des environnements qui nous sont présentés. De la Turquie aux États-Unis en passant par la France, Clara Harkness vous fera voir du pays. Ce n'est donc pas l'intrigue générale qui vous fera lâcher l'ouvrage. De même, un véritable travail de recherche a été effectué pour permettre au lecteur de plonger dans les profondeurs de cette sombre époque. Un très bon point, surtout que ces informations sont habilement distillées, au détour d'une conversation ou des pensées du personnage. Pas question d’assommer le lecteur à coups de pavés didactiques.

Malheureusement, le style ne suit pas. On a affaire à un premier roman, et cela se sent. Tournures maladroites, personnages parfois clichés, on reste perplexe devant certains passages à la limite du ridicule. Ainsi ce moment où l'héroïne, lors d'une partie de chasse, laisse glisser son arme dont le coup part en tombant au sol : « Je me suis tiré moi-même une balle dans la cheville. De quoi ai-je l'air, je vous le demande ? Nom d'une pipe, ça fait bougrement mal ». On peut attendre une réaction un peu plus catastrophée de la part d'une femme dont le pied a reçu un coup de fusil à bout portant...

Où encore cet autre passage où, ayant été affectée en Italie, Clara se trouve tout heureuse à l'idée de se trouver bientôt entourée de beaux Italiens ; le régime fasciste de Mussolini l'inquiétant à peine. Étrange pour une femme intelligente issue des milieux diplomatiques. On comprendra bien sûr que l'auteure souhaite nous montrer l'innocence du personnage à ce stade du roman, alors qu'elle n'a pas encore connue la violence de la guerre. Mais c'est un peu trop. Dommage.

Verdict

Le récit partait d'une bonne idée : une femme-espionne surmontant les épreuves de la Seconde Guerre mondiale. Malheureusement, le roman historique est un exercice complexe, et trop de maladresses empêchent une lecture réellement agréable. Cela est d'autant plus désolant que Sylvie Pouliquen est une auteure passionnée, ayant déjà fait ses preuves dans le domaine de l'étude historique. Nous ne pouvons que vous conseiller de vous pencher sur ses précédents ouvrages, en espérant un futur roman un peu plus abouti.

  • Discab Ancien membre d'HistoriaGames
  • "D'abord, apprenez que je ne suis point le défenseur du peuple ; jamais je n'ai prétendu à ce titre fastueux ; je suis du peuple, je n'ai jamais été que cela, je ne veux être que cela ; je méprise quiconque a la prétention d'être quelque chose de plus." Maximilien Robespierre