Critique de Cinq-Mars, ou Une conspiration sous Louis XIII

Par Merteuil

Info sur le livre
Titre originalCinq-Mars, ou Une conspiration sous Louis XIII
AuteurAlfred de Vigny
ÉditeurLe Livre de Poche
GenreRoman historique
Sortie26 avril 1826
Nombre de pages455
Partager

Synopsis

Le 13 juin 1639, alors que la France fait la guerre à l’Espagne, Henri d’Effiat, marquis de Cinq-Mars, quitte le château familial de Chaumont pour se rendre au siège de perpignan où Richelieu, ami de son père récemment disparu, doit le présenter au roi.

Le cardinal espère bien manœuvrer Cinq-Mars, mais il déchante vite car Louis XIII ramène le jeune homme avec lui à Paris où il devient son favori et le convainc peu à peu que le cardinal exerce une puissance néfaste.

En 1642, le grand-écuyer Cinq-Mars et ses amis persuadent Gaston d’Orléans, frère du roi, qu’il convient de débarrasser le pays de Richelieu.

Le roman historique connaît un grand succès en Europe au XIXe siècle : les œuvres de Walter Scott (1771-1832) sont largement traduites et exercent une influence considérable sur la littérature. En effet, le romancier écossais est considéré comme le maître du genre : il est notamment célèbre pour son roman Ivanhoé (1819).

Toutefois, en France, les historiens et les romanciers s’interrogent sur les origines de la révolution de 1789 et tentent de proposer un nouveau projet politique.

La crise identitaire née de la révolution est propice aux romans historiques dans la mesure où elle remet en cause l’identité des acteurs historiques, la nature du processus historique et la mise en scène de l’histoire. Cinq-Mars, ou Une conspiration sous Louis XIII, écrit par Alfred de Vigny (1826), est le premier roman historique français.

Alfred de Vigny et le roman historique

Alfred de Vigny (1797-1863) est un auteur romantique français connu essentiellement pour ses poèmes. Cependant, il a aussi écrit des pièces de théâtre, des nouvelles et des romans. Il commence à travailler sur divers projets d’œuvres historiques à partir de 1823.

Toutefois, il cherche à se distinguer de Walter Scott en accordant une place centrale aux personnages illustres : « Je pensais que les romans historiques de Walter Scott étaient trop faciles à faire en ce que l’action était placée dans des personnages inventés que l’on fait agir comme l’on veut tandis qu’il passe, de loin en loin, à l’horizon une grande figure historique dont la présence accroît l’importance du livre et lui donne une date ».

Cinq-Mars relate des faits historiques réels mais Alfred de Vigny se permet quelques libertés par rapport à la réalité. La critique est sévère en ce qui concerne le traitement de l’histoire et des personnages : dans un article paru en 1826, Sainte-Beuve accuse l’auteur de surcharger les personnages et leurs actions « au gré de son imagination ». Alfred de Vigny se défend, au contraire, en revendiquant son droit à la fiction : il s’autorise, par exemple, à créer un univers manichéen ou encore à conférer à certains personnages une place plus importante que dans les faits historiques.

Cinq-Mars reçu par Louis XIII. Illustration de Cinq-Mars, roman historique d'Alfred de Vigny. (Bibliothèque nationale de France, Paris.)
Cinq-Mars reçu par Louis XIII. Illustration de Cinq-Mars, roman historique d'Alfred de Vigny. (Bibliothèque nationale de France, Paris.)

Portrait du roi Louis XIII, par Champaigne.
Portrait du roi Louis XIII, par Champaigne.

Une oeuvre romantique

Le Roman est fondamentalement romantique : la nature humaine et ses passions sont les thèmes principaux de l’histoire. La situation politique de la France sous Louis XIII est particulièrement délicate dans la mesure où le royaume est en guerre contre l’Espagne et les Français sont divisés en deux clans : les partisans du cardinal et les partisans du roi.

Portrait de Henri d'Effiat, marquis de Cinq Mars, par Le Nain
Portrait de Henri d'Effiat, marquis de Cinq Mars, par Le Nain.

Le cardinal de Richelieu cherche en conséquence à conserver son pouvoir sur le roi. Il décide de placer auprès de Louis XIII un favori qui doit soutenir sa cause: Henri d’Effiat, marquis de Cinq-Mars.

Cependant, le marquis de Cinq-Mars va devenir un adversaire du cardinal de Richelieu en prenant la tête de la conjuration de 1642. Henri d’Effiat est ambitieux par amour pour Marie-Louise de Gonzague, princesse de Mantoue. En effet, il doit absolument s’élever dans la hiérarchie pour pouvoir l’épouser mais il doit se dresser contre le cardinal, un exemple parfait de l’ambition et de l’immoralité.

Le marquis de Cinq-Mars peut compter sur la dévotion de son ami, François de Thou qui partage les qualités de la noblesse : la beauté, la passion ou encore la bravoure. Ils sont largement idéalisés par Alfred de Vigny qui en fait des figures épiques aux destins tragiques  mais cette idéalisation donne aussi toute sa force au roman.

Mon avis

Brillant ! Le roman est écrit de manière élégante, l’intrigue est passionnante et les personnages de Cinq-Mars et de Thou sont héroïques. Je recommande aussi Ivanhoé de Walter Scott qui est très agréable à lire même si Cinq-Mars est à mon sens meilleur : une fin sublime et puissante.

  • Merteuil Ancienne membre d'HistoriaGames
  • "Et puis, il est doux de se croire malheureux, lorsqu'on n'est que vide et ennuyé." Alfred de Musset

comments powered by Disqus