Au bal des muscadins

L'Amiral
Thématique
Époque contemporaine, Seconde république
6 septembre
2018
Info sur le livre
Titre originalAu bal des muscadins
AuteurSylvain Larue
ÉditeurDe Borée
GenreRoman historique
SortieNovembre 2017
Nombre de pages438

La période de la (courte) Seconde République est souvent oubliée dans les oeuvres parues ces dernières années. C’est bien plus la période entre 1871 et 1900 qui est utilisée, notamment pour les séries massives de Zola. Mais pour ses romans mettant en scène Léandre Lafforgue, Sylvain Larue s’est jeté corps et âme dans cette période ô combien fantastique.

Début de l’année 1849. La France vient de sortir une bonne fois pour toute de la monarchie : quelques mois auparavant, Louis-Napoléon Bonaparte, neveu de Napoléon Ier, est devenu le premier président français élu au suffrage universel. Il s’entoure de conseillers mais aussi d’hommes chargés de sa sécurité.

C’est dans cette catégorie qui se trouve Léandre Lafforgue, aussi connu sous le surnom de « Goupil ». En tant qu’agent spécial, ce dernier a de nombreuses possibilités et quelques passes-droits, afin de mener à bien les missions qui lui sont confiées.

Car Lafforgue est un inspecteur perspicace et diplomate, idéal-type du Parisien de l’époque issu d’un milieu modeste mais ayant grimpé les échelons grâce à son travail et sa persévérance. Il est le premier à inspecter les lieux où va se rendre le futur Napoléon III, afin de garantir sa sécurité, et il n’est jamais loin lorsque son employeur est à une réception ou dans une zone avec du public.

Mais en ce début de février 1849, alors que le Président est invité à une soirée parisienne, une macabre découverte perturbe la fête. Ni une ni deux, c’est Lafforgue qui s’en occupe.

Son périple va l’emmener dans tout Paris, mais aussi le Nord de la France, tout en prenant de nombreuses mauvaises pistes. Le coupable des meurtres continue de les essaimer à travers le Paris de 1849 et Lafforgue semble courir après un tueur insaisissable…

Avis

C’est une fresque magistrale du Paris en 1850 qu’offre Sylvain Larue au lecteur. L’ambiance de la Ville-Lumière en ce début d’industrialisation massive de la France est à son comble, et le lecteur prend le pouls de la cité en même temps que Léandre Lafforgue.

Le livre permet de découvrir les bas-quartiers mais aussi ceux plus riches ainsi que des endroits peu connus (par exemple le passage à la morgue publique, qui recueille entre autres les noyés dans la Seine ou les corps sans vie retrouvés dans les rues).

Enfin, les personnages sont tous très creusés, on s’aperçoit que même les personnages secondaires (voire tertiaires) ont une histoire qui légitime leur présence dans cette oeuvre. Lafforgue est magistralement décrit, son portrait physique, psychologique mais aussi familial constitue une plongée dans les familles de cette moitié du XIXème siècle.

L’intrigue est bien ficelée, l’auteur parvient à perdre le lecteur dans des suppositions. C’est une véritable quête qu’effectue le lecteur au côté de Lafforgue, et une immersion dans la politique mais aussi le Paris de la Seconde République. Chaque personnage est attachant, chacun a sa part de mystère et un comportement bien à lui.

Nous sommes bien en présence d’un ouvrage qui va ravir les amateurs d’Histoire - surtout ceux de cette période - mais aussi ceux qui aiment traquer les meurtriers et autres malfrats.

  • Witz Rédacteur, Testeur, Chroniqueur, Historien
  • « L'important n'est pas ce que l'on supporte, mais la manière de le supporter » Sénèque