Le canon de la médecine d’Avicenne

Sydfire
P'tit Suisse
Thématique
9 août
2018

Le Moyen-âge nous livre parfois des images excentriques à l’instar de la bannière ci-dessus. Toutefois, vous êtes-vous déjà posé la question de leur utilité et par qui ont-elles été promues ?

Cet article vous fera découvrir un intellectuel et visionnaire unique en son genre dans la médecine médiévale. De plus, il vous proposera aussi d’aborder un manuscrit qui comporte de riches enluminures.

Le canon de la médecine d’Avicenne




Le canon de la médecine d’AvicenneIbn Sina (Avicenne) - miniature persane.

Avicenne (ou Ibn Sina), un scientifique musulman persan renommé, a écrit de nombreux articles scientifiques et de précieux livres médicaux qui sont respectés dans le monde entier. Depuis des siècles, son chef-d'œuvre, le Qanûn (« Canon de la médecine »), sert de référence médicale majeure.

Le Canon, en tant qu'encyclopédie de médecine, est composé de cinq livres. Dans l'introduction au Canon, Avicenne a décrit le but de la médecine comme étant la préservation de la santé si elle est déjà atteinte ; et sa restauration lorsqu'elle est perdue. Il définit la santé comme un trait ou un état, qui résulte dans le fonctionnement normal du corps humain et présume que la santé est un état stable, tandis que la maladie est plus un concept variable. Ainsi, chaque fois que nous quittons un état de santé, nous nous approchons de la maladie.

Une comparaison des points de vue actuels concernant les définitions de la santé, de la maladie et de leurs composantes telles que définies par Avicenne pourrait ouvrir de nouveaux horizons pour la médecine ancienne et traditionnelle. Le Canon contient de nombreuses implications concernant les infrastructures des questions de santé publique. Par exemple, les spécifications de l'eau et de l'air sains sont bien décrites dans le "Canon de la médecine".

Le livre est connu pour la découverte des maladies contagieuses et des maladies sexuellement transmissibles ; de l'introduction de la quarantaine pour limiter la propagation des maladies infectieuses ; de l'introduction de la médecine expérimentale, les essais cliniques, la neuropsychiatrie, l'analyse des facteurs de risque ; l'idée d'un syndrome dans le diagnostic de maladies spécifiques, et l'hypothèse de l'existence de microorganismes.

Avicenne a adopté la théorie selon laquelle les épidémies sont causées par la pollution de l'air (miasme). Il classifie et décrit les maladies et décrit leurs causes présumées. L'hygiène, les médicaments simples et complexes et les fonctions de certaines parties du corps sont également couverts. Dans ce document, Ibn Sīnā est crédité comme étant le premier à documenter correctement l'anatomie de l'œil humain, ainsi que la description des afflictions oculaires telles que les cataractes.

La stagnation de la médecine au Moyen Âge en Europe

Il faut remettre cela dans son contexte. Des frictions se sont développées entre l'Église et les médecins qui utilisaient des incantations ainsi que des méthodes grecques, romaines et islamiques. Tout au long des grandes civilisations qui ont précédé le Moyen-âge, les sorts et les incantations ont persisté et ont été utilisés avec des plantes médicinales et d'autres remèdes. L'Église a insisté pour que ces rituels magiques soient remplacés par des prières et des dévotions chrétiennes.

Le canon de la médecine d’Avicenne

La recherche, le développement et l'observation ont cédé la place à un système autoritaire qui a sapé la pensée scientifique. Il n'y avait pas d'argent pour les systèmes de santé publique. Les fiefs étaient en guerre les uns contre les autres la plupart du temps.

L'Église a également encouragé les individus à se tourner vers leurs saints lorsqu'ils cherchent des traitements et des remèdes pour des maladies et des maux.

Beaucoup de gens ont fini par penser que la maladie était une punition de Dieu, et ne voyaient pas l'intérêt d'essayer de trouver des remèdes. On leur a enseigné que la repentance pour leurs péchés pourrait les sauver. La pratique de la pénitence est née, ainsi que les pèlerinages comme moyen de trouver un remède aux maladies.

Certains chrétiens dévoués pensaient que la médecine n'était pas une profession dans laquelle une personne fidèle devrait aller - si Dieu punit par des maladies, la lutte contre la maladie ne serait-elle pas un mouvement contre Dieu ?

L'interprétation des enseignements de l'Église variait énormément en Europe occidentale. Certains moines, comme les Bénédictins, prenaient soin des malades et considéraient cela comme un devoir chrétien et y consacraient leur vie.

Certains chrétiens sont entrés en contact avec d'éminents médecins. Pendant les Croisades, de nombreux chrétiens se sont rendus au Moyen-Orient et ont appris la médecine scientifique.

Au cours du XIIème siècle, de nombreux livres et documents médicaux ont été traduits de l'arabe. Les érudits islamiques ont traduit la plupart des textes grecs et romains.

Le Canon de la médecine d'Avicenne, qui comprenait des détails sur la médecine grecque, indienne et musulmane, a été traduit et est devenu une lecture essentielle dans tous les centres d'apprentissage d'Europe occidentale pendant plusieurs siècles. Plusieurs autres textes importants provenant d'Hippocrate, de Galen et d'autres ont également été traduits.

Voici ce que propose le manuscrit d’Avicenne de manière brève. Celui-ci contient de nombreuses enluminures. Elles nous mettent en exergue un « mire » (médecin ou chirurgien) et son patient, mais pas seulement. Diverses pathologies y sont représentées, plusieurs simples maladies prennent forme et accompagnent le discours curatif.

  • Les navigateurs ont-ils subitement le mal de mer ? Des conseils y sont parsemés.
  • Le canon de la médecine d’Avicenne
  • Souffrez-vous de maux de ventre ? Des herbes médicinales y sont proposées.
  • Le canon de la médecine d’Avicenne
  • Avez-vous des problèmes d’audition ? Le mire se fera une joie de vous aider.
  • Le canon de la médecine d’Avicenne
  • Avez-vous besoin d’allaiter votre enfant (pour vous mesdames) ? Un schéma vous apporte la réponse.
  • Le canon de la médecine d’Avicenne

Bref, tous les parties et organes du corps y sont abordés. Le plus impressionnant est que le manuscrit ne se contente pas seulement de décrire les différents maux ou graves pathologies, mais il apporte des précisions quant à l’élaboration des remèdes et il ordonne en outre des mesures de prévention.

Conclusion

Le Canon a été traduit en latin dès le XIIème siècle par Gérard de Crémone (1114-1187) et publié à Venise en 1493. Le Canon est devenu un manuel standard pour l'enseignement médical dans les écoles de médecine émergentes d'Europe. Le fait qu'il ait été réédité 16 fois au cours des 30 dernières années du XVème siècle souligne son influence ; 15 éditions étaient en latin et une en hébreu.


Le canon de la médecine d’AvicennePage de garde d'une édition du Qanûn du début du XVème siècle.

Au cours du XVIème siècle, il a été révisé plus de 20 fois. Du XIIème au XVIIème siècle, le Canon a été le guide principal de la science médicale en Occident. Comme l'a noté le grand médecin William Osler (1849-1919), le Canon est resté une bible médicale plus longtemps que tout autre ouvrage.

Bien qu'une partie de la science des éléments et de l'humour ne soit plus acceptée, les contributions d'Ibn Sina ont contribué à établir la norme pour la pratique médicale actuelle. Son encouragement à l'observation est l'un des principes de base du processus scientifique, sa description de l'anatomie et de certains muscles de l'œil est encore utilisée, et son plaidoyer en faveur de l'essai et du contrôle dans les essais de médicaments constitue la base de la découverte pharmacologique moderne.

Le Canon de médecine d'Avicenne est devenu si important qu'aucune discussion sur l'histoire de la médecine ne peut être complète sans se référer à lui. Il a obtenu de nombreux titres honorifiques, notamment le « Galen de l’Islam ». Sa prééminence en Occident latin a même été consacrée par Dante (1265-1321), le poète italien du XIVème siècle, qui a classé Ibn Sina entre Hippocrate et Galen.

Néanmoins, certains critiques ont allégué qu'Ibn Sina a étouffé la pensée indépendante à travers ses écrits. Cependant, certains de ses traités et commentaires sont très critiques à l'égard des travaux des écrivains du passé, ce qui permet aux médecins de remettre en question ses propres écrits et ceux d'autres autorités scientifiques.

Bibliographie

  • Jacques Le Goff, À la recherche du Moyen Âge, Seuil, Paris, 2006.
  • Michot Jean. « Avicenne et la destinée humaine. À propos de la résurrection des corps » Revue Philosophique de Louvain, Quatrième série, Tome 79, no 44, 1981.
  • Avicenna, canon medicinae, trad. Part Gérard de Crémone, codex; parchemin; 398 ff.; 415 mm x 257 mm : http://initiale.irht.cnrs.fr/codex/990
  • sydfireSydfire P'tit Suisse, Chroniqueur
  • "En politique le choix est rarement entre le bien et le mal, mais entre le pire et le moindre mal." Machiavel