Une cité maya découverte dans la jungle du Guatemala

Thématique
Civilization précolombienne
6 février
2018

Une mission archéologique américaine soutenue par la BBC et le National Geographic vient de faire une grande découverte au nord du Guatemala, dans la région du Petén.


Une cité maya découverte dans la jungle du GuatemalaVue actuelle du site de Tikal, dans la région du Petén.

Sur ces terres où s’étendaient autrefois l’immense empire maya, l’épaisse couverture forestière de l’Amérique du sud empêchait jusqu’à très récemment toute opération de prospection archéologique d’envergure, puisque les arbres cachaient le sol à la vue des avions de reconnaissance.

Néanmoins, la démocratisation ces dernières années de la technologie LIDAR a permis de faire fi de ce détail et d’entreprendre des recherches là où c’était impossible auparavant.

Rappelons que derrière le nom barbare de LIDAR se cache un appareil placé sur un avion, qui envoie en permanence une série de faisceaux laser au sol, qui passent outre les feuillages et sont renvoyés à l’appareil une fois le sol atteint. La magie de l’informatique faisant le reste, cette technique permet d’obtenir un relevé topographique très précis du territoire prospecté.

Les dernières campagnes menées par la mission archéologique en question ont donc réalisés plusieurs prospections de ce type, qui ont permis de révéler la présence d’une agglomération possédant pas moins de 60 000 structures de bâtiments.



Une cité maya découverte dans la jungle du GuatemalaEn rouge, les régions qui ont été survolées et prospectées grâce au LIDAR.

Parmi ces structures, on trouve des fondations de bâtiments d’habitations, d’irrigation, de culte et au moins une forteresse ! La présence de sites de peuplement mayas était connue dans la région, mais cette découverte dépasse de loin toutes les informations connues jusqu’ici, car il s’agirait là d’une véritable mégapole à la population incroyablement plus nombreuse, puissante et organisée que ce que l’on pensait jusque-là.

« Je pense que c’est l’une des plus grandes avancées des 150 dernières années de l’archéologie maya », a confié Stephen Houston, un archéologue de l’université de Brown spécialisé dans les civilisations mésoaméricaines.

Une cité maya découverte dans la jungle du GuatemalaExemple des images obtenues au terme des survols de la jungle.

Protégées depuis des siècles par le couvert de l’épaisse jungle sud-américaine, ces ruines n’avaient jamais été suspectées. D’après Thomas Garrison, un archéologue membre de la mission, cette découverte laisse à penser que la civilisation maya dans son ensemble est largement sous-estimée, et pourrait avoir été trois ou quatre fois plus importante que ce que nous en connaissions.

D’après le chef de projet Francisco Estrada-Belli, ces nouvelles données nous permettent d’estimer plus que sérieusement la population maya locale, entre dix et quinze millions d’individus ; et également que le milieu chaud et humide de la région n’aie pas été aussi inhabitable que l’on pensait.

Entre autres étonnantes découvertes, une des collines du Tikàl (le site qui a été prospecté) s’est révélé être une pyramide, de plus de trente mètres de haut. Les travaux continueront pendant encore trois ans et permettront peut-être d’y découvrir une ou plusieurs sépultures.