Visite de l'Exposition Lafayette nous voilà ! au Fort de Leveau

Vaudec
2 novembre
2017

1917 fut une année cruciale et un tournant dans la Première Guerre mondiale, à plus d’un titre : apparition des chars, la révolution russe, l’offensive du Chemin des Dames... Mais c’est aussi l’entrée en guerre des Etats Unis en soutien de l’Entente.

Son arrivée dans le conflit n’était pas une évidence au début de la guerre. En effet, lorsque la guerre éclate, l’opinion américaine est en majorité favorable à la neutralité. Mais au fur et à mesure que le conflit se prolonge, la volonté publique évolue. Les États-Unis entretiennent des relations commerciales et financières de plus en plus nombreuses avec les pays de l’Entente dont ils espèrent la victoire.

La guerre est déclarée le 6 avril 1917 ; Cependant les États-Unis ne sont pas pour autant en capacité d’envoyer des troupes immédiatement au combat. Bien que le pays compte près de 103 millions d’habitants, l’armée américaine est plutôt une armée de parade et ne dispose que de 200 000 hommes, peu expérimentés. Elle manque de centres de mobilisation, de camps d’entraînement, mais aussi d’armes et d’uniformes.

Le 18 mai, la loi de conscription est adoptée par le Congrès. Le secrétaire d’état à la Guerre décide de nommer le général John Pershing à la tête corps expéditionnaire américain. Sa priorité absolue est de conserver une liberté d’action totale sur les hommes engagés qui ne doivent pas être amalgamés dans des unités françaises ou britanniques.

Le corps expéditionnaire débarque à Boulogne-sur-Mer le 13 juin. L’ampleur de la tâche est immense, Pershing doit concevoir une logistique capable d’accueillir des milliers de soldats, d’achever leur formation afin de les envoyer ensuite vers le front. Cependant, une fois la machine de guerre américaine en place, elle fonctionne à plein régime, permettant d’atteindre, en octobre 1918, un rythme de 7 hommes, 2 chevaux et 7 tonnes de marchandises débarquant chaque minute en France.

Les généraux Pershing et Pétain se mettent d’accord pour faire de la Lorraine la zone de déploiement et d’entraînement du corps expéditionnaire américain.

Il faudra attendre octobre 1917 pour que le 16ème régiment d’infanterie soit autorisé par Pershing à monter au front dans un secteur calme. Mais c’est au cours du printemps 1918 que les troupes américaines s’illustreront. Suite aux fortes pertes subies par les alliés lors des grandes offensives allemandes, Pétain demande à Pershing d’engager ses troupes disponibles afin de soulager les français.

Le 10 aout 1918, Pershing voit ses objectifs se réaliser avec la création de la première armée américaine qui opérera de manière autonome. Sa première mission sera de réduire le saillant de Saint Mihiel, tâche qu’elle accomplira rapidement, démontrant sa capacité à participer aux grandes offensives.

Foch attribuera ensuite à l’armée américaine la mission de reprendre la forêt d’Argonne. Les américains piétinent face à la forte résistance allemande. Après un mois de combats, ils ont perdu 120 000 hommes dont 22 000 tués.

L’Armistice, signée le 11 novembre, stoppe les projets d’invasion du territoire allemand prévus par Pershing et Pétain pour début 1919.

L’entrée en guerre des États-Unis fut déterminante pour les Alliés et fit basculer le rapport de force. La présence américaine sur le sol français, de 1917 à 1919, engendra une fraternisation des combattants sur le champ de bataille, mais également une acculturation réciproque à l’arrière entre Français et Américains.

Les pertes américaines sont estimées à 116 516 morts et 206 000 blessés. Aujourd’hui, un peu plus de 30 000 Sammies reposent en France dans 6 nécropoles militaires.

Visite de l'Exposition Lafayette nous voilà ! au Fort de Leveau  Visite de l'Exposition Lafayette nous voilà ! au Fort de Leveau

Pour rendre hommage à ces combats, le Fort Leveau organise une exposition retraçant le parcours de cette jeune armée américaine, de sa création à sa présence après l’Armistice en passant par son organisation logistique et ses premiers affrontements. Vous trouverez également plusieurs anecdotes comme la bataille du bois Belleau ou la présence des soldats noirs.

Cette excellente exposition a été inaugurée au cours des dernières journées du patrimoine et perdurera au Fort jusqu’au 31 aout 2018.

C’est également l’occasion de visiter un des témoins d’un épisode peu connu de la Grande Guerre, le siège de Maubeuge, le plus long du conflit mobilisant des divisions allemandes qui manqueront lors la bataille de la Marne.

Pour plus d’informations :