"Ils ne passeront pas!" - un AAR français pour Hearts of Iron IV - Épisode 2

6 avril
2018

L'After Action Report (AAR) consiste à relater de manière plus ou moins ludique et/ou romancée une partie de jeu vidéo, généralement du point de vue du joueur. Il s'agit la plupart du temps de jeux de stratégies, qui s'adaptent le mieux à ce concept.

Celui qui va suivre va raconter en dix épisodes une partie de Hearts of Iron IV à la tête de la république française, jouée avec les mods suivants : Historical German Flag, More Divisions Icons, More Models Images, Non-Reflective Waters, et Strategic View Adjustments. L'Italie, l'Allemagne et le Japon ont chacun reçu un bonus de 12,5% au démarrage de la partie.

Liste des épisodes

Épisode 1 | Épisode 2 | Épisode 3 | Épisode 4 |

5 octobre 1936

À Nantes, je passe en revue les soldats de la 5e brigade de chars, et de la 21e division d’infanterie de la 9e armée de Réserve, commandée par le général Leclerc.

Les entretiens que j’ai eu avec le maréchal Gamelin m’ont dressé le portrait d’une armée glorieuse, invincible, capable de défier le monde, la meilleure de toute l’Europe. Une armée protégée par la ligne Maginot, qui forme une Égide impénétrable. Mais cette confiance absolue n’inspire pas la mienne, et mon intuition se révèle fondée.

"Ils ne passeront pas!" - un AAR français pour Hearts of Iron IV - Épisode 2  "Ils ne passeront pas!" - un AAR français pour Hearts of Iron IV - Épisode 2

L’armée de Terre possède un grand nombre de divisions d’active et de nombreux chars, et un bon niveau de formation. Notamment les régiments de chasseurs alpins, qui font des merveilles pour défendre les frontières montagneuses du pays.

Néanmoins, elle possède bon nombre de lacunes. L’infanterie motorisée est encore chose rare, et les camions aussi. La plupart des grandes divisions de ligne souffrent d’un déficit de dotation en artillerie et en armement d’infanterie. Les mitrailleuses et fusils-mitrailleurs sont d’une conception dépassée. Les compagnies de soutien sont très peu développées, et les moyens de défense antichar et anti-aériens sont presque inexistants.

Du reste, l’arme blindée reste peu nombreuse. Les Hotchkiss 35 sont de bons chars d’infanterie, mais les Renault FT17 datent de la Grande Guerre, et ils composent encore une grande partie de nos formations blindées. Le nouveau char lourd B1 Bis est une magnifique machine de guerre qu’aucun char connu ne peut vaincre, mais les usines de Puteaux n’en produisent qu’une poignée chaque mois, et très peu de nos brigades blindées en ont reçu à l’heure actuelle.

12 janvier 1937

Plus d’un an maintenant que j’occupe ce poste. Ma politique de développement industriel commence à porter lentement ses fruits ; d’après le premier bilan de l’année 1936 qui a été porté à ma connaissance, une douzaine de nouvelles usines et chaînes de montage ont vu le jour au cours de l’année passée, et il va falloir faire mieux que ça encore durant l’année à venir.

Nos services de renseignements indiquent que l’Allemagne et l’Italie renforcent leurs puissances militaires à marche forcée, et nous ne pouvons nous permettre de rester à la traîne.

Heureusement, le gouvernement Blum travaille d’arrache-pied au redressement économique du pays. Ces derniers mois, d’importantes réformes ont été orchestrées pour encourager l’emploi, notamment au moyen du développement de la production militaire.

En un mot comme en cent : il nous faut des armes, il nous en faut beaucoup, et il nous en faut vite ! Nul ne sait quand va éclater le prochain conflit, mais je ne partage pas le pacifisme à outrance de la presse et des pouvoirs politiques.

18 mars 1937

La guerre civile espagnole vient de prendre fin. Les forces républicaines ont, en fin de compte, remporté la victoire et éliminé les divisions rebelles du général Franco. Mais le gouvernement communiste espagnol doit sa victoire à l’aide de Staline, qui leur a envoyé un flot ininterrompu de chars et d’avions.

Quant à nous, nous avons dû assister impuissants aux massacres nationalistes sans pouvoir intervenir. Il est toutefois peu probable que nous ayons gagné là un futur allié, car la politique du nouveau pouvoir espagnol est résolument isolationniste, et l’Espagne est totalement ruinée par le conflit.

Nous savons néanmoins que l’implication allemande dans le conflit n’a pas été en pure perte, car les pilotes de la Luftwaffe ont trouvé là un laboratoire idéal pour tester leurs manœuvres de combat aérien et essayer les nouveaux avions que l’Allemagne développe.

5 juin 1937

Les mois s’écoulent les uns après les autres, et le travail se poursuit. Avec mon collègue de l’Économie, j’ai lancé d’ambitieux programmes de réarmement et de construction, pour agrandir les manufactures d’armes et en construire de nouvelles. Les nouvelles lignes de production des ateliers Bloch, à Limoges, construisent dorénavant des bombardiers tactiques et stratégiques pour notre armée de l’air.

L’effort financier et industriel entrepris est, j’en ai conscience, déjà très important, mais il reste encore insuffisant. Nous savons que l’Allemagne se réarme à toute vitesse et qu’elle multiplie les recrutements militaires. Hitler ne lésine pas, et pendant ce temps, notre classe politique s’évertue à croire à la paix et à chercher la conciliation avec les nazis.

9 décembre 1937

Mon assistant m’apporte les journaux du matin à mon arrivée au ministère.

"Ils ne passeront pas!" - un AAR français pour Hearts of Iron IV - Épisode 2
"Ils ne passeront pas!" - un AAR français pour Hearts of Iron IV - Épisode 2

J’y apprends que les tensions sont au paroxysme en Extrême-Orient ; les japonais amènent toujours plus de troupes sur le continent.

Plus préoccupant, je lis en première page les dernières déclarations de Mussolini, qui revendique le territoire yougoslave. Je soupire. Ce fou s’est mis en tête de reconstituer l’empire romain… et comme Hitler, il se revendique d’un héritage aussi lointain que glorieux pour donner aux masses ce qu’elles désirent.

L’Italie n’est pas autant que l’Allemagne un sujet d’inquiétude, pour nous. Mais nos services de renseignement nous permettent de savoir que l’axe Rome-Berlin est plus fort chaque jour. Et en cas de conflit, une attaque venue de la péninsule italienne serait une fâcheuse épine dans le pied.

Les observations de nos avant-postes des Alpes et des vols de reconnaissances nous ont appris que Mussolini a massé une quarantaine de divisions face à la 4e armée d’Olry.

9 février 1938


"Ils ne passeront pas!" - un AAR français pour Hearts of Iron IV - Épisode 2

Un coup d’état vient d’éclater en Autriche. Le chancelier Kurt Schuschnigg a tenté d’organiser un référendum pour que le peuple autrichien décide une bonne fois pour toute de son appartenance au Reich d’Hitler.

Plusieurs divisions nazies massées aux frontières autrichiennes ont franchi, apparemment sans rencontrer de résistance, les postes-frontières et ont rapidement progressé à l’intérieur du pays.

Qu’allons-nous faire ? Hitler viole là encore les termes du Traité de Versailles ratifié par l’Allemagne.

La presse fait les gros titres pendant plusieurs jours sur ce qu’on nomme maintenant l’Anschluss ; et le gouvernement s’est réuni à l’Élysée pour décider quelle réaction avoir face à cette annexion. Quelques rares membres, dont moi, se prononcent en faveur d’une réaction ferme face aux actions allemandes, mais les pacifistes sont plus nombreux et arguent que nous n’avons pas les moyens de nous y opposer.

De plus, l’attitude des Autrichiens ne pousse pas vraiment à nous porter à leurs « secours » : les nazis ont été accueillis partout par une foule en délire. Hitler a été reçu à Vienne sous des vivats que n'auraient pas désapprouvées un général romain triomphant.

"Ils ne passeront pas!" - un AAR français pour Hearts of Iron IV - Épisode 2

En d’autres termes, l’Autriche veut rejoindre le IIIe Reich. Et Londres se contente de hausser les épaules.

7 septembre 1938

L’Allemagne ne s’est pas contentée de l’Autriche. Toujours dans l’optique de rassembler au sein d’une seule nation unie les populations germanophones, Hitler et ses fanatiques se sont mis en tête de réclamer les territoires occupés par les Sudètes, et il brandit la menace militaire s’il ne peut obtenir pacifiquement ce qu’il veut.

Nous discutons activement avec les Anglais pour décider de la conduite à tenir. Hitler ne peut continuer comme cela indéfiniment ! Le président ordonne le rappel des réservistes sous les drapeaux. Néanmoins, l’heure n’est toujours pas à la guerre du point de vue de l’Entente : les Anglais rechignent toujours à bouger le petit doigt face à l’ogre nazi, et notre G.Q.G fait savoir que les plans de réarmement et de réorganisation entrepris ces dernières années ne sont pas achevés.

Nous ne sommes pas prêts à entrer en guerre, d’autant que la situation politique française est encore fragile, surtout en période d’élections. Le gouvernement choisit donc de temporiser, et Daladier se rend à Munich pour une grande conférence, afin de proposer un ultime marché à Hitler, dans l’espoir qu’il cesse ses revendications après celle-ci.

J’assiste donc consterné à l’abandon des Tchèques, qui se retrouvent à la merci des Allemands pendant que tous les journaux d’Europe saluent « la paix préservée ».

"Ils ne passeront pas!" - un AAR français pour Hearts of Iron IV - Épisode 2  "Ils ne passeront pas!" - un AAR français pour Hearts of Iron IV - Épisode 2

10 mars 1939

Les Sudètes n’étaient qu’un avant-goût. Profitant d’une profonde crise politique et sociale en Tchécoslovaquie, les nazis ont annexé le pays, sous couvert de protection et d’ordre, créant le protectorat de Bohême-Moravie. Aucune puissance européenne ne tente de s’y opposer, mais cette énième coup de force allemand a - enfin - fait changer bon nombre de points de vue.

"Ils ne passeront pas!" - un AAR français pour Hearts of Iron IV - Épisode 2

Il apparaît clairement aux yeux d’un grand nombre de responsables politiques et militaires que l’Allemagne ne s’arrêtera pas, et qu’elle ne respectera pas les accords passés. Cette prise de conscience intervient bien tard, mais au moins est-elle survenue.

Le problème, c’est qu’Hitler est dorénavant en position de force en Europe. Les forces aériennes allemandes alignent entre 2000 et 2700 avions de guerre, et plus d’une centaine de divisions terrestres. Comment avons-nous pu en arriver là ? D’un pays saigné à blanc et exsangue au sortir de la Grande Guerre, Hitler a fait une puissance centrale, dotée d’un pouvoir autoritaire fort, d’un complexe industriel très puissant, et d’un réservoir humain de 80 millions de personnes. Et les dernières annexions ont permis aux Allemands de mettre la main sur les excellentes usines de chars tchèques et sur l’industrie autrichienne.

Le 15 mai, l’état-major suprême des armées françaises se réunit à Vincennes, afin d’exposer les forces dont nous disposons et de décider de la stratégie à adopter pour le conflit qui s’annonce.

L’amiral Darlan, patron de la Marine, se fait rassurant. Le Strasbourg et le Dunkerque ont été lancés, armés et ont rejoint leurs flottes respectives, et le dernier croiseur de classe Galissonniére sera mis à l’eau à la fin du mois. En cas de conflit, la donne n’a pas changé : nous sommes tout à fait capables d’affronter à la fois la Kriegsmarine et la Regia Marina. C’est la bataille pour la Méditerranée qui s’annonce la plus féroce, car conserver le contrôle de cette mer permettra d’anéantir les communications entre l’Italie, ses colonies et ses partenaires commerciaux, et de garantir les nôtres.

Vuillemin présente ensuite l’aviation et annonce d’emblée que l’effort industriel consenti ces dernières années a permis de réduire l’écart, mais pas de le rattraper. Nous ne fabriquons toujours pas assez d’avions pour couvrir les besoins ; quand la guerre éclatera, il pourra assurer une couverture aérienne sommaire aux troupes au sol, mais pas beaucoup plus.

Weygand enfin, fraîchement promu au poste de commandant en chef de l’armée de terre, détaille le plan prévu pour défendre notre pays. Sa 4e armée des Alpes s’est beaucoup renforcée : 22 divisions défendent maintenant les frontières alpines, et les travaux de fortifications ont bien avancé, permettant de garantir que les Italiens ne franchiront jamais les cols, ou au prix de très lourdes pertes. La 8e armée mobile de Juin et la 9e armée de réserve se tiennent en position le long du Rhône pour contre-attaquer toute percée ennemie.

Qu’en est-il de la ligne Maginot ? Elle est, nous assure-t-il, impénétrable. Les divisions d’infanterie de forteresse que nous formons partent toutes renforcer ces effectifs, et possèdent elles aussi des forces de contre-attaque au cas où les Allemands perceraient quelque part : les 5e et 10e armées mécanisées sont prêtes à combler les brèches.

Dans le Nord, les 1ere et 6e armées mobiles sont prêtes à faire mouvement par la Belgique. C’est là que se situe le point faible de notre dispositif. Correctement pourvue en défenseurs, la ligne Maginot protégera le pays assez longtemps pour nous donner le temps de rassembler suffisamment de troupes et de matériel. Mais cette ligne s’arrête à Sedan, et l’ensemble de la frontière belge n’est couvert que par deux armées rassemblant seulement neuf divisions. C’est trop peu, et personne ne se fait d’illusions sur le sort des Belges qui seront écrasés en quelques jours par une armée allemande cent fois plus nombreuse et mieux équipée.

Mais, si les négociations avec Londres aboutissent, un éventuel corps expéditionnaire anglais se porterait à notre secours. Il serait plus que bienvenu pour défendre cette partie du front. Le temps joue pour nous, mais combien nous en reste-t-il jusqu’à ce que la guerre éclate ?

"Ils ne passeront pas!" - un AAR français pour Hearts of Iron IV - Épisode 2

Outremer, c’est le contrôle de l’Afrique du nord et du centre qui sera l’enjeu des combats. Les trois armées d’Afrique du Nord souffrent d’une dotation de matériel absolument consternante, avec à peine 50% du matériel prévu, dans le meilleur des cas. Les troupes d’Afrique bénéficient d’un très bon niveau d’entraînement, mais un soldat sans fusil ne sert à rien.

Le général Catroux reçoit néanmoins la mission de s’emparer de Tripoli le plus rapidement possible avec le soutien de la 11e armée de Tunisie de Freydenberg. La division de Syrie se portera à l’aide des Britanniques pour défendre le Caire en cas de besoin. Les troupes coloniales d’Afrique centrale et de Madagascar recevront des ordres de transfert pour se baser à Djibouti et au Soudan.

Si nous réussissons à nous emparer de l’Afrique, nous aurons la mainmise sur de précieuses ressources militaires et nous en priverons l’Axe.

"Ils ne passeront pas!" - un AAR français pour Hearts of Iron IV - Épisode 2

8 juillet 1939

Les négociations avec Londres ont abouti, et l’annonce publique de l’alliance entre la France et la Grande-Bretagne a été faite.

Les services de renseignements nous rapportent que les Allemands commencent à amasser de plus en plus de divisions à la frontière polonaise. Et Hitler continue de leur réclamer Dantzig.

23 août 1939


"Ils ne passeront pas!" - un AAR français pour Hearts of Iron IV - Épisode 2

La situation dégénère à l’est. Les Polonais viennent de refuser l’ultimatum allemand qui les obligeait à céder le corridor de Dantzig. Une nouvelle réunion de crise a lieu à l’Elysée. Toutes les ambassades à Berlin sont sur le pied de guerre, et nos plénipotentiaires tentent l’impossible pour éviter le conflit et convaincre les pouvoirs allemands de ne pas déclencher une nouvelle guerre.

À 23h, j’apprends que tous les canaux de communication sont rompus. J’ai déjà ordonné de mettre l’ensemble de nos forces armées en alerte depuis 18h. La nuit s’annonce longue.

La suite au prochain épisode...

  • Cernunnos Testeur, Rédacteur
  • "Messieurs, c'est une plage privée! Je crois que nous dérangeons!" - Un officier britannique sur Sword Beach