Visite du Fort de Seclin

Vaudec
Thématique
6 décembre
2017

Le Fort de Seclin est un maillon d’une œuvre gigantesque qui nait des suites de la guerre franco-prussienne de 1870. Cette défaite révéla l’obsolescence du système de fortifications de l’époque face aux progrès de l’artillerie de la fin du XIXe siècle. Qui plus est, avec la perte de l’Alsace et de la Moselle, la route vers Paris est ouverte aux invasions.

Le gouvernement français décide alors de confier au général Raymond Adolphe Séré de Rivières la charge de dresser une nouvelle ligne de fortifications capable de retenir l’ennemi assez longtemps pour mobiliser l’armée de campagne.

Cette ligne part de Dunkerque et court jusqu’à Toulon. Elle est composée d’une succession de places fortes, ceinture de forts entourant une ville clé et des forts d’arrêts, couvrant les intervalles.

Visite du Fort de Seclin

Le Fort de Seclin, construit entre 1873 et 1875, fait partie de la ceinture Séré de Rivières qui protège la place de Lille, ville majeure à 30 km de la frontière Belge.

Séré de Rivière s’inspire de Vauban lors de leur construction et améliore considérablement de nombreux principes de défense. Ainsi, en 10 ans, plus de 450 forts, ouvrages secondaires et batteries, ont été construits. Ce système, que les Allemands baptisèrent « la barrière de fer », est une œuvre gigantesque, un réseau unique qui fait du système Séré de Rivières une richesse patrimoniale nationale. Son génie dans le domaine de la poliorcétique n’a d’égale que sa méconnaissance du grand public.

Malheureusement, face à la fulgurance du développement de l’armement dès l’entame de la Première Guerre mondiale, le réseau ne rend pas les services escomptés. Certaines zones, jugées cruciales, sont alors renforcées avec des constructions ou des moyens de défense plus modernes dans les années 1910, mais ces mises à niveau des besoins seront trop peu nombreuses.

Le système résiste tout de même malgré ses années de retard. La place forte de Maubeuge tient un siège de 15 jours, en août-septembre 1914, devant un ennemi plus important en nombre et en puissance de feu dévastatrice. Les forts de Verdun joueront également un grand rôle dans la bataille.

Mais, après cette digression nécessaire, revenons au fort de Seclin.

Visite du Fort de Seclin

Le fort se trouve, comme son nom l’indique, dans la ville de Seclin. Il fait partie de la ceinture de forts qui entouraient Lille. Il porte également le nom de Fort Duhoux, du nom de Charles François Duhoux, général de la Révolution française. Cette réappellation a été faite lors du passage du Général Boulanger au ministère de la Défense.

Situé au sud de la capitale des Flandres, le lieu ne participe pas directement aux combats et sera ainsi préservé des destructions, ce qui explique sa conservation exceptionnelle.

Son histoire n’en demeure pas moins intéressante puisque le lieu sert, au cours de la Grande Guerre, de centre logistique pour les Allemands afin d’approvisionner le front des Flandres, de transit de prisonniers puis d’hôpital de campagne anglais.

Visite du Fort de Seclin

Entre les deux guerres, il devient un centre de formation pour la T.S.F. Durant la Seconde Guerre mondiale, le fort est reconverti, par les nazis, en prison pour les résistants. Une stèle rappelle notamment les 69 fusillés de l’été 1944.

Après guerre, le lieu continue d’assurer cette fonction de centre de rétention avant de servir de stockage d’explosifs pour l’armée qui l’abandonne dans les années 70.

Le fort reste inoccupé pendant une vingtaine d’années jusqu’à son acquisition par les propriétaires actuels, la famille Boniface. Aujourd’hui, il a repris vie et, bien qu’il s’agisse d’une propriété privée habitée, il se visite régulièrement.

Vous découvrirez un fort Séré de Rivières dans un état de préservation rare. Vous admirerez un bijou d’architecture d’un système défensif trop peu connu du grand public. Construits en brique rouge, les bâtiments étaient prévus pour loger environ 800 soldats. Vous jugerez de la qualité et des spécificités du fort, le tout fondu dans un cadre naturel des plus verdoyants.

De plus, le lieu abrite un musée d’une richesse remarquable. En effet, la famille Boniface se passionne pour l’artillerie et possède des pièces uniques.

Le musée occupe une partie du casernement et présente les pièces majeures de l’artillerie et de l’hippomobile de la Première Guerre mondiale. La collection de canons présentée permet de comprendre l’évolution de l’artillerie depuis le système gribeauval jusqu’au canon de 75. Les chariots, forges, uniformes et objets du quotidien permettent de reconstituer l’ambiance du quotidien du soldat et les techniques de cette période. C’est aussi l’occasion de découvrir des objets rares et sortis de notre quotidien un siècle après, tels une patience pour astiquer des boutons, un moulin à café...

Le musée présente aussi un espace dédié au Général Deffontaines, le plus jeune Général de France, mais également, le premier à tomber au front. Son histoire tragique a été transmise par la famille qui, pendant un siècle, s’est battue pour la réhabilitation de la mémoire du général oublié.

Le Fort ne se résume pas uniquement à une magnifique fortification et un riche musée, car c’est aussi un lieu de vie. Pour réussir à faire vivre la mémoire des lieux et la transmettre, trois générations se sont installées dans le site.

Visite du Fort de Seclin

En plus de proposer des salles pour des réceptions, de nombreux événements y sont organisés. On peut citer, pour exemple, les journées de reconstitution historique comme les Journées du Poilu, le bivouac napoléonien, l’Artillerie Day qui sont autant de manifestations ajoutées aux commémorations et journées du patrimoine.

Des activités sont également prévues à certaines dates pour les enfants à Pâques ou Halloween, entre autres.

Visite du Fort de SeclinRemise en état d'un Renault FT-17

Ce ne sont pas les projets qui manquent aux propriétaires pour développer de nouvelles choses et parfaire la collection. Le dernier annoncé : la remise en état d’un authentique char Renault FT-17.

Le Fort de Seclin est donc un lieu incontournable pour les amateurs de la Grande Guerre, de la fortification ou d’artillerie. Vous apprécierez de rencontrer une équipe de passionnés qui se feront un plaisir de vous transmettre ce savoir à travers leur avoir dans un écrin de verdure qui rehausse la valeur historique de ce site remarquable.

Je tiens à féliciter toute l’équipe pour ce travail de mémoire, de réhabilitation et d’animation de grande qualité. Je l’en remercie, avec une pensée toute particulière pour Sophie qui a bien voulu approuver et compléter cet article.

Pour plus de renseignements :

  • Vaudec Rédacteur, Chroniqueur, Historien
  • "Le sang d'une nation pour l'honneur d'un seul homme." Oliver Peru
  • "Ce qui est à moi est à moi, ce qui est à toi est négociable." Joseph Staline