À la redécouverte de la civilisation maya - Partie 1

Sydfire
P'tit Suisse
Thématique
Civilisations précolombiennes
20 août
2018

Lorsque nous évoquons les civilisations précolombiennes, nous repensons aux Incas, aux Aztèques, aux Olmèques, aux Nazcas et bien d’autres. À travers l'article, nous tâcherons de vous dévoiler la civilisation maya à travers trois périodes chronologiques dites préclassique, classique et post-classique.

L’empire maya a atteint le sommet de son pouvoir et de son influence vers le VIe siècle après J.-C. Les Mayas ont excellé dans l'agriculture, la poterie, l'écriture de hiéroglyphes, la fabrication de calendriers et les mathématiques, et ont laissé derrière eux une quantité étonnante d'architecture impressionnante et d'œuvres d'art symbolique (ces divers domaines seront traités prochainement). Depuis le XIXème siècle, les chercheurs ont débattu de ce qui aurait pu causer ce déclin dramatique.

La civilisation maya était l'une des sociétés indigènes les plus dominantes de la Méso-Amérique (terme utilisé pour décrire le Mexique et l'Amérique centrale avant la conquête espagnole du XVIe siècle). Contrairement à d'autres populations autochtones dispersées de Méso-Amérique, les Mayas étaient centrés dans un bloc géographique couvrant toute la péninsule du Yucatan et le Guatemala moderne ; le Belize et certaines parties des États mexicains de Tabasco et du Chiapas ; et la partie occidentale du Honduras et d'El Salvador.

À travers cette étendue, les Mayas vivaient dans trois sous-régions distinctes avec des différences environnementales et culturelles variées : les basses terres mayas du nord de la péninsule du Yucatan ; les basses terres du sud dans le district de Peten au nord du Guatemala et les parties adjacentes du Mexique, du Belize et de l'ouest du Honduras ; et les hautes terres mayas du sud, dans la région montagneuse du sud du Guatemala. Plus célèbre encore, les Mayas de la région des basses terres du sud ont atteint leur apogée pendant la période classique de la civilisation maya (250 à 900 ap. J.-C.) et ont construit les grandes villes de pierre et les monuments qui ont fasciné les explorateurs et les érudits de la région.

À la redécouverte de la civilisation maya - Partie 1Édifice à Chichén Itzá appelé « La Iglesia ».

Période préclassique : 1800 avant J.-C. à 250 après J.-C.

Les premiers établissements mayas datent d'environ 1800 avant J.-C., ou le début de ce qu'on appelle la période préclassique ou formative. Les premiers Mayas possédaient des cultures agricoles, comme le maïs, les haricots, les courges et le manioc. Les agriculteurs mayas ont commencé à étendre leur présence dans les régions des hautes terres et des basses terres. La période préclassique moyenne a également vu l'essor de la première grande civilisation méso-américaine, les Olmèques. Comme d'autres peuples mésoaméricains, tels que les Zapotèque, Totonac, Teotihuacán et Aztèque, les Mayas ont tiré un certain nombre de traits religieux et culturels, ainsi que leur système numérique et leur célèbre calendrier des Olmèques.

En plus de l'agriculture, les Mayas préclassiques ont également montré des traits culturels plus avancés comme la construction de temples, la construction de villes et l'inscription de monuments en pierre.

La ville préclassique tardive de Mirador, dans le nord de Peten, était l'une des plus grandes villes jamais construites dans les Amériques précolombiennes. Sa taille a éclipsé la capitale maya classique de Tikal, et son existence prouve que les Mayas ont prospéré des siècles avant la période classique.

Période classique : villes de pierre, 250-900

La période classique, qui a commencé vers l'an 250, était l'âge d'or de l'Empire maya. La civilisation maya classique est passée à quelque 40 villes, dont Tikal, Uaxactún, Copán, Bonampak, Dos Pilas, Calakmul, Palenque et Río Bec ; chaque ville comptait entre 5 000 et 50 000 habitants. À son apogée, la population maya peut avoir atteint 2 000 000 000.

À la redécouverte de la civilisation maya - Partie 1Linteau 25 de Yaxchilan, British Museum.

Les fouilles de sites mayas ont mis au jour des places, des palais, des temples ainsi que des terrains pour jouer à des jeux de balle qui avaient une importance rituelle et politique pour la culture maya. Les villes étaient entourées et soutenues par une grande population d'agriculteurs. Bien que les Mayas pratiquassent un type primitif d'agriculture "sur brûlis" (défrichement des champs par le feu), ils ont également montré des preuves de méthodes agricoles plus avancées, telles que l'irrigation et le terrassement.

Les Mayas étaient profondément religieux et adoraient divers dieux liés à la nature, y compris les dieux du soleil, de la lune, de la pluie et du maïs. Au sommet de la société se trouvaient les rois, ou "k’uhul ajaw" (seigneurs sacrés) qui suivaient une succession héréditaire et étaient épaulés par les chamans qui se prétendaient liés aux dieux. On pensait qu'ils servaient de médiateurs entre les divinités et les individus sur terre, et qu'ils accomplissaient les cérémonies et les rituels religieux élaborés si importants pour la culture maya.

Les Mayas classiques ont construit un grand nombre de leurs temples et palais, les décorant de reliefs et d'inscriptions élaborés. Ces structures ont valu aux Mayas leur réputation de grands artistes de la Méso-Amérique.

Guidés par leur rituel religieux, les Mayas ont également fait des progrès significatifs en mathématiques et en astronomie, avec notamment l'utilisation du zéro et le développement d'un système de calendrier complexe basé sur 365 jours.

Bien que les premiers chercheurs aient conclu que les Mayas étaient une société pacifique de prêtres et de scribes, des preuves ultérieures, provenant d'un examen approfondi des œuvres d'art et des inscriptions sur les murs de leurs temples, ont montré que ce n'était pas forcément le cas. Ces preuves ont révélé qu'il existait des guerres entre villes rivales mayas, ainsi que l'importance de la torture et des sacrifices humains dans leur rituel religieux.

À la redécouverte de la civilisation maya - Partie 1L'aire culturelle maya est délimitée par le trait rouge. Le trait noir délimite l'aire culturelle mésoaméricaine.

La période post-classique : mystérieux déclin des mayas, 900 – mi-XVIème siècle


À la redécouverte de la civilisation maya - Partie 1Une page du codex de Dresde (ou Codex Dresdensis) de la région de Chichén Itzá (XIIème-XVème siècle).

De la fin du VIIIème siècle jusqu'à la fin du IXème siècle, quelque chose est arrivée pour ébranler la civilisation maya jusqu'à ses fondements. Une à une, les villes classiques des basses terres du sud ont été abandonnées et, en 900 après J.-C., la civilisation maya de cette région s'est effondrée. La raison de ce mystérieux déclin reste inconnue, bien que les chercheurs aient développé plusieurs théories concurrentes.

Certains historiens croient qu'au IXème siècle, les Mayas avaient épuisé l'environnement autour d'eux au point qu'ils ne pouvaient plus soutenir une très grande population.

D'autres érudits mayas soutiennent que la guerre constante entre des cités-États concurrents a conduit les alliances militaires, familiales (par mariage) et commerciales compliquées entre eux à s'effondrer, ainsi que le système traditionnel de pouvoir dynastique. Au fur et à mesure que la stature des saints seigneurs diminuait, leurs traditions complexes de rituels et de cérémonies se sont dissoutes dans le chaos.

Enfin, certains changements environnementaux catastrophiques - comme une période extrêmement longue et intense de sécheresse, peuvent avoir anéantir la civilisation maya classique maya. La sécheresse aurait frappé des villes comme Tikal, où l'eau de pluie était nécessaire pour la boisson et pour l'irrigation des cultures.

Ces trois facteurs : surpopulation et surexploitation des terres, guerre endémique et sécheresse, peuvent avoir joué un rôle dans la chute des Mayas dans les basses terres du sud. Dans les hautes terres du Yucatan, quelques villes mayas comme Chichén Itzá, Uxmal et Mayapán ont continué à prospérer dans la période post-classique (900-1500 ap. J.-C.). Mais dès l’arrivée des Espagnols, ces Mayas ont été affaiblies par la variole et les diverses conquêtes de leur oppresseur, ce qui a eu pour conséquence d’accélérer le déclin de cette civilisation.

En bref

L'exploration sérieuse des sites mayas classiques a commencé dans les années 1830. Entre le début et le milieu du XXème siècle, une petite partie de leur système d'écriture des hiéroglyphes avait été déchiffrée, et on en savait davantage sur leur histoire et leur culture.

La plupart des connaissances des historiens sur les Mayas proviennent de ce qui reste de leur architecture et de leur art, y compris des sculptures en pierre et des inscriptions sur leurs bâtiments et monuments. Les Mayas fabriquaient aussi du papier à partir de l'écorce des arbres et écrivaient dans des livres faits à partir de ce papier, connus sous le nom de codex, dont quatre sont connus pour avoir survécu jusqu’à présent.

L'une des nombreuses choses intrigantes à propos des Mayas était leur capacité à construire une grande civilisation dans un climat de forêt tropicale humide. Traditionnellement, les peuples anciens avaient prospéré dans des climats plus secs, où la gestion centralisée des ressources en eau (par l'irrigation et d'autres techniques) constituait la base de la société. (Ce fut le cas pour le Teotihuacan des hauts plateaux du Mexique, contemporains des Mayas Classiques. Dans les basses terres mayas du sud, cependant, il y avait peu de rivières navigables pour le commerce et le transport, ainsi qu'aucun besoin évident d'un système d'irrigation.

À la fin du XXème siècle, les chercheurs avaient conclu que le climat des basses terres était en fait très diversifié sur le plan environnemental. Bien que les envahisseurs étrangers aient été déçus par le manque relatif d'argent et d'or dans la région, les Mayas ont profité des nombreuses ressources naturelles de la région, comme le calcaire (pour la construction), l'obsidienne de roche volcanique (pour les outils et les armes) et le sel. L'environnement renfermait également d'autres trésors pour les Mayas, dont le jade, les plumes de quetzal (utilisées pour décorer les costumes élaborés de la noblesse maya) et les coquillages marins, qui servaient de trompettes dans les cérémonies et les guerres.

Bibliographie

  • Arthur Demarest, Les Mayas : grandeur et chute d'une civilisation, Paris, Tallandier, 2007.
  • sydfireSydfire P'tit Suisse, Chroniqueur
  • "En politique le choix est rarement entre le bien et le mal, mais entre le pire et le moindre mal." Machiavel