Les femmes à travers le Moyen-âge

Sydfire
P'tit Suisse
Thématique
Moyen-âge
4 juin
2018

Le domaine du genre et des études sur les femmes a émergé du mouvement féministe contemporain avec l'objectif initial de faire connaître davantage les femmes et leurs expériences.

Le « Berkeley Women's Studies Program » a été fondé en 1976, réunissant des chercheurs de différentes disciplines afin d'introduire le sujet des femmes dans le cadre d'une enquête académique sérieuse.

L’objectif est de reconsidérer la position des femmes à travers l'histoire, à travers le monde et dans différents groupes économiques, ethniques et raciaux. Dans les années 1980, les chercheurs féministes de Berkeley, comme ailleurs, ont commencé à se pencher sur la question du genre.

Bien que toutes les sociétés fassent des distinctions entre les sexes, comment diffèrent-elles d'une culture à l'autre, comment les définitions de l'homme et de la femme, et de la masculinité et de la féminité, ont-elles évolué, comment sont-elles perpétuées et comment pourraient-elles être redéfinies ? Comment les diverses constructions du genre, et les relations de pouvoir qu'elles impliquent, se recoupent-elles avec les constructions de la sexualité, de la classe sociale, de l'ethnicité raciale, de l'âge, de la nation, de la religion et d'autres différences ? Comment ces tendances évoluent-elles au fil du temps, en particulier dans des contextes de plus en plus mondialisés ?

Bref, c’est une approche forte intéressante et c’est pourquoi nous plongerons à travers l’histoire médiévale afin de révéler les diverses représentations des femmes. L’article aura pour ambition de présenter leurs différents rôles en tant que mères, religieuses, intellectuelles et souveraines, mais aussi de mettre en exergue les représentations bibliques autour de son « identité ».

Il était une fois, des femmes...

La plupart des habitantes de l'Europe médiévale vivaient dans de petites communautés rurales et vivaient de la terre. Les paysannes avaient de nombreuses responsabilités domestiques. Elles devaient notamment s'occuper des enfants, préparer la nourriture et s'occuper du bétail. Pendant les périodes les plus difficiles de l'année comme la récolte, les femmes se joignaient souvent à leur mari dans les champs pour apporter leur soutien. Les femmes ont souvent participé aux industries artisanales vitales, comme la brasserie, la boulangerie et la fabrication de textiles.

Le symbole le plus commun de la paysanne était la quenouille : un outil utilisé pour filer le lin et la laine. Ève est souvent montrée avec une quenouille, illustrant son devoir d'effectuer un travail manuel après le péché orignel. Une image souvent vue dans l'art médiéval est une femme agitant sa quenouille à un renard avec une oie dans les mâchoires ; parfois, dans des images satiriques, les femmes sont même montrées attaquant leurs maris avec une quenouille ou un autre instrument domestique.

Les femmes à travers le Moyen-âgeFemme joutant avec une quenouille, Romances arthuriennes, Beinecke MS.229 (1275-1300), University de Yale.

Les femmes vivant en ville ont des responsabilités similaires à celles des femmes vivant à la campagne. Tout comme les femmes rurales aidaient leurs maris à travailler, les femmes urbaines aidaient leurs pères et leurs maris dans une grande variété de métiers et d'artisanat, y compris la production de textiles, d'articles en cuir et de travail des métaux, ainsi que la gestion de magasins et d'auberges.

Les femmes à travers le péché originel


Les femmes à travers le Moyen-âgeJohn Lydgate, The Fall of Princes (traduction de Giovanni Boccaccio, De casibus virorum et feminarum illustrium), 1450-1460.

Selon la Bible, Ève a été créée à partir de la côte d'Adam et, après avoir mangé le fruit défendu, a été responsable de l'expulsion de l'homme du paradis.

Dans l'art médiéval, la responsabilité des femmes pour ce "péché originel" est souvent soulignée en donnant une tête féminine au serpent qui tente Ève de désobéir à Dieu. L'histoire soulignait la croyance que les femmes étaient inférieures aux hommes et qu'elles étaient moralement plus faibles et susceptibles de tenter les hommes dans le péché.

Tout au long du Moyen-âge, la place de la femme dans la société a souvent été dictée par des textes bibliques. Les écrits de l'apôtre Paul, en particulier, mettaient l'accent sur l'autorité des hommes sur les femmes, interdisant aux femmes d'enseigner et leur ordonnant de garder le silence.

Cependant, la Vierge Marie était un contraste avec cette image négative : en tant que mère du Christ, elle était le canal par lequel les chrétiens pouvaient être sauvés. Pour les femmes médiévales, la Vierge Marie était l'ultime femme à laquelle aspirer même si, contrairement à elle, elles ne pouvaient jamais être à la fois vierges et mères. En tant que mère du Christ, parfois considérée comme la deuxième Ève, elle était considérée comme l'une des figures saintes les plus vénérées d'Europe occidentale.

Les femmes à travers le Moyen-âgeChristine de Pizan, Oeuvres de collection (Le Livre de la Reine), vol. 1, 1410-1415.

Les femmes et l’écrit

Alors que la majorité de la population, en particulier la population féminine, était analphabète et n'avait pas accès à l'éducation formelle, il y a des preuves d'auteurs féminins comme Christine de Pizan qui étudient.

Christine de Pizan, poète et philosophe française, est considérée comme l'une des premières femmes auteurs professionnelles d'Europe qui a écrit sur les droits des femmes ainsi que sur les idées religieuses et philosophiques.

Les femmes et le pouvoir


Les femmes à travers le Moyen-âgeIsabeau de Bavière présentée aux Parisiens (22 août 1389), par Jean Froissart, Les Chroniques, 1470-1472.

Il y avait des femmes qui exerçaient le pouvoir, ce qui remettait en question l'image stéréotypée de la femme médiévale comme opprimée et soumise. Dans l'église, les femmes pouvaient occuper des postes de grande responsabilité en tant qu'abbesses de couvents. Dans certains cas, comme les monastères qui abritaient des communautés d'hommes et de femmes, l'abbesse avait plus d'ancienneté que les moines.

En dehors des murs monastiques, les femmes pouvaient exercer le pouvoir politique, en particulier en tant que reines et régents qui exerçaient l'autorité royale au nom des maris absents ou des fils mineurs.

Un certain nombre de puissantes reines peuvent être notées à travers l’histoire, dont l'une des plus remarquables fut la reine Isabella (1295 - 1358), qui (en collaboration avec son amant, Sir Robert Mortimer) a mis fin au règne de son mari, Edward II (1284 - 1327).

Les femmes et les nonnes

Pourtant, quelle que soit la puissance de certaines femmes au Moyen-âge, il est important de se rappeler que l'écrasante majorité d'entre elles ne l'étaient pas.

Les femmes à travers le Moyen-âgeDétail d'une miniature du Psautier de Gilbert Burnet, University of Aberdeen.

La plupart des femmes, même dans des circonstances privilégiées, avaient peu de contrôle sur la direction que prenait leur vie. Les mariages des jeunes femmes aristocratiques étaient généralement arrangés par leurs familles (mais il convient de noter ici que leurs maris, eux aussi, avaient peu de choix en ce qui concerne leurs partenaires). Une fois veuves, ces femmes jouissent d'une indépendance juridique et, dans de nombreux cas, d'une autonomie sur des ressources financières considérables.

Les deux principales alternatives pour une femme médiévale étaient de se marier, ou de "prendre le voile" et de devenir nonne. Presque tous les ordres féminins exigeaient que les femmes vivent derrière les murs d'un monastère ou dans une cellule individuelle, menant une vie de contemplation, de prière et de travail. Bien que l'attrait de ce mode de vie puisse être difficile à saisir aujourd'hui, pour une femme médiévale, l'un de ses attraits devait être d'être à l'abri des dangers de la procréation.

La plupart des femmes, cependant, étaient mariées, généralement à l'adolescence. Par la suite, elles étaient responsables de la gestion de la maison, qu'il s'agisse d'un grand château ou d'un taudis.

Les femmes riches avaient des domestiques qui les aidaient à cuisiner, à faire le ménage et à s'occuper des enfants, ce qui leur laissait le temps de s'adonner à d'autres activités. Les divertissements populaires pour les femmes aristocratiques comprenaient des activités religieuses, la chasse, la danse et les jeux.

Les femmes, la grossesse et l’accouchement


Les femmes à travers le Moyen-âgeLes anciennes histoires romaines (une compilation de l'histoire ancienne en deux parties, chacune précédée d'une table des matières : Part 1, l'Histoire ancienne jusqu'a César : ff. 1-214v, Partie 2, Li Fet des Romains : ff. 215-390v), 1400.

La grossesse et l'accouchement étaient risqués au Moyen Âge : des complications qui seraient aujourd'hui considérées comme relativement mineures, comme la présentation du siège du bébé, pourraient être fatales pour la mère et l'enfant. La césarienne, connue depuis l'antiquité, n'était normalement pratiquée que si la mère était morte ou mourante, car elle était inévitablement fatale pour elle.

Les accoucheuses étaient assistées par des sages-femmes, dont la compréhension de l'accouchement était pour la plupart acquise par l'expérience pratique plutôt que par une formation formelle, bien qu'à la fin du Moyen-âge, la profession ait commencé à être formellement reconnue. Les sages-femmes étaient chargées d'effectuer des baptêmes d'urgence dans les cas où la vie du nourrisson était en danger, ainsi que de s'occuper de la mère.

Conclusion

En somme, l’article a relaté des représentations partielles autour des femmes à travers le Moyen-âge. Bien que les sources historiques ne soient pas aussi nombreuses que celles qui concernent les hommes, elles sont beaucoup plus riches qu'on ne le suppose souvent.

Grâce aux documents, textes littéraires et autres textes et images qui ont survécu, il est clair que les femmes médiévales étaient résilientes, ingénieuses et compétentes. De plus, dans des cas exceptionnels, elles étaient capables d'exercer le pouvoir politique, l'apprentissage et la créativité en dehors de la sphère domestique.

Il est cependant dangereux de généraliser sur le statut et l'expérience des femmes médiévales, dont la vie a été façonnée par autant de considérations différentes qu'aujourd'hui. L'interprétation de la place de la femme dans la société médiévale doit trouver un équilibre entre les individus exceptionnels, qui par leur richesse, leur statut et leurs réalisations sont souvent relativement bien documentés, et l'expérience des femmes ordinaires, dont la vie a eu tendance à laisser peu de traces dans les archives historiques.

Pour aller plus loin

  • Albistur Maïté, Armogathe Daniel, Histoire du féminisme français du Moyen Âge à nos jours, coll. Des femmes, 1977.
  • Casagrande Carla, « La femme gardée », In. Duby Georges, Perrot Michele, Histoire des femmes en Occident : le Moyen Age, tome 2, Plon, France, 1991.
  • Power Eileen, Les femmes au Moyen Âge, Aubier Montaigne, Paris, 1979.
  • Whaley Leigh Ann, Women's History As Scientists: A Guide to the Debates, ABC-CLIO, 2003.
  • sydfireSydfire P'tit Suisse, Chroniqueur
  • "En politique le choix est rarement entre le bien et le mal, mais entre le pire et le moindre mal." Machiavel