Un pont trop loin

Fantômas
8 novembre
2013
Info sur le film
Titre originalA Bridge Too Far
Durée175 min
GenreGuerre
RéalisateurRichard Attenborough
Sortie15 Juin 1977
Partager

Pour cette nouvelle rubrique sur Historiagames, j'ai décidé de faire une petite critique du film « A bridge too far », « Un pont trop loin ». Pourquoi ce choix ? Tout simplement parce que je voulais inaugurer cette section avec un film de guerre, le genre de film parfaitement représentatif de l'utilité de l'histoire au cinéma, et plus précisément, un film sur la seconde guerre mondiale, mais pas sur une opération connue, comme le débarquement en Normandie, mais plutôt un événement trop peu connu du grand public : l'opération Market Garden.

Synopsis

En septembre 1944, l'opération du maréchal Montgomery débute malgré le désaccord du général américain Patton. Il s'agit d'un coup décisif afin de précipiter la chute du IIIe Reich. Pour cela, il faut s'emparer des six principaux ponts sur le Rhin et les tenir afin de faire franchir les blindés et l'infanterie. L'opération sera un échec, les alliés perdront 17 000 hommes.

PETIT COURS D'HISTOIRE

Cette opération, qui se déroula en Septembre 1944, devait permettre aux Alliés d'attaquer le cœur industriel de l'Allemagne en passant par le Nord, via les Pays-Bas et finir la guerre pour noël. Pour se faire, une opération combinée fut montée : les aéroportées (2 américaines, 1 britannique et 1 polonaise) devaient s'emparer des ponts le long de la « Hell's Highway », la route qui parcourait les Pays-Bas du sud au nord, pour permettre la progression des forces terrestres. Mais l'opération ne se passa pas tout à fait comme prévue.

En effet, les Alliés n'avaient pas tenu compte des rapports des services de renseignements et de la résistance néerlandaise qui faisaient état d'un nombre de forces allemandes aguerries plus élevé que celui estimé par l'état-major allié. L'opération fut donc un échec, les parachutistes ne remplissant pas complétement leurs objectifs, les Anglais se faisant étriller à Arnhem et les forces terrestres ne parcourant que 90% du trajet escompté, subissant de nombreux retards. Pour relativiser cela, Montgomery évoqua un succès à 90%, en rapport au trajet parcouru par les forces terrestres. Ce sont donc ces événements que se propose de remettre en scène Un pont trop loin.

SÉANCE DE BRIEFING

Réalisé par Richard Attenborough et produit par Joseph Levine en 1977, Un pont trop loin se veut l'adaptation du roman éponyme de Cornelius Ryan. Le scénario suit la chronologie de l'opération Market Garden en mettant en scène une ribambelle d'acteurs célèbres comme Sean Connery, Michael Cain, Anthony Hopkins, Dirk Bogarde ou encore Robert Redford. Certaines prestations sont remarquables. Par exemple : Anthony Hopkins, en Lieutenant-Colonel John Frost, tenant pendant 4 jours Arnhem avec des effectifs réduits ; ses hommes se battant becs et ongles sans espoir d'être relevé et, lors de sa reddition, refusant de saluer son adversaire allemand. Ou encore James Caan, incarnant le sergent Eddie Dohun, bravant de nombreux dangers pour sauver son capitaine grièvement blessé, allant jusqu'à menacer de mort un médecin pour que celui-ci l'ausculte.

Le film débute avec un court documentaire présentant le contexte de Market Garden. Débute ensuite le film, mettant en scène la préparation de l'opération avec des scènes d'Etats-Majors allemands et alliés. Il faut attendre les 50 minutes de film pour que l'opération commence réellement avec d'impressionnantes scènes de parachutages. Les 5 jours d'opérations sont ensuite reconstitués, les combats désespérés des alliés (notamment à Arnhem), s'enchainant en parallèle de la progression le long de la « Hell's highway » du XXXe corps britannique jusqu'à la dramatique conclusion. Les combats sont violents, les tirs fusent dans tous les sens, les véhicules s'embrasent les explosions retournent la terre, les bâtiments s'effondrent. Les civils fuient, s'organisent, fêtent leur libération et leurs libérateurs, les soldats s'entraident, s'entretuent, les cadavres et les blessés s'amoncellent dans des décors typiquement néerlandais. Le film a en effet été tourné dans différentes localités des Pays-Bas comme Deventer, la ville d'Arnhem ayant à l'époque du tournage des zones modernes autour du pont.

HERE WE GO

Ne vous attendez cependant pas à 170 minutes (la durée du film) de pure action : le film se veut fidèle historiquement, plaçant beaucoup d'importance dans les scènes d'états-majors. Le respect est poussé à un haut degré : respect de la chronologie, Allemands et Néerlandais parlent leurs langues d'origines, véhicules d'époque (Shermans, Bren carriers, kubelwagen, avions Dakota…), respect des armes et uniformes… Cela peut s'expliquer par l'important investissement du film : plus de 20 millions de dollars, somme colossale à l'époque. Avec cet argent, Levine put se procurer auprès de musées (un des chars vient même d'un monument commémoratif !), d'associations de vétérans ou de collectionneurs privés le matériel militaire utilisé durant la seconde guerre mondiale. Des répliques furent mêmes créées pour les véhicules manquants, comme les planeurs Horsa, mais bizarrement, pas les blindés allemands, remplacés ici par des Léopards. De même, toujours pour s'adapter aux événements de la manière la plus rigoureuse et garantir l'authenticité et la véracité des affrontements, les véritables protagonistes de l'opération furent invités en tant que conseillers techniques. Répondirent présents le Colonel John Waddy, le Major General John Dutton Frost, le General James M. Gavin, le Lieutenant General Brian Horrocks, le Major General Roy Urquhart et le Brigadier Joe Vandeleur.

Le film permet de mettre sous le feu des projecteurs cette opération peu connue, avec un très bon casting, une musique et des passages mémorables comme celui des avions qui passent au-dessus de l'église, des scènes de combats réalistes et mettant en scène de nombreux véhicules et figurants retranscrivant l'âpreté et la violence des affrontements. Néanmoins, le film est sujet à de nombreux défauts. Tout d'abord sa lenteur : 50 minutes avant la première scène d'action, de nombreuses langueurs et répétitions, il faut apprécier le genre ou s'armer de courage pour ne pas décrocher. Ensuite, on peut apercevoir de nombreux éléments incorrects/inadaptés/exagérés: pour un film qui a couté plus de 20 millions, certains véhicules allemands sont des véhicules postérieurs à la seconde guerre mondiale, c'est le cas des panzers qui sont remplacés par des chars léopards. De même, il me semble avoir vu à plusieurs reprises des Allemands portant des pantalons et des guêtres de paras anglais. A certains passages, on a aussi l'impression d'assister à un véritable défilé digne du festival de Cannes. Enfin, certains personnages semblent caricaturés, c'est le cas de certains Allemands, représentés bornés et peu doués.

VERDICT

Quoi qu'il en soit, Un pont trop loin reste un bon film de guerre, pour peu que l'on ne décroche pas à cause de la durée. Ce film permet d'éclairer une facette sombre de la seconde guerre mondiale et de montrer que l'après débarquement en Normandie ne fut pas une promenade de santé pour les Alliés, qui commis de graves erreurs décisionnelles dans des excès de confiance. En outre, on comprend alors d'où certains jeux tirent leur esthétique ou leur scénario, comme Medal of Honor Frontline (En première ligne) dont plusieurs niveaux, notamment Arnhem knights, mettent en scène le personnage principal lors de l'opération Market Garden, ou bien encore la map Arnhem du mod Forgotten Hope pour Battlefield 1942, inspiré directement du film, notamment avec le bâtiment où sont retranchés Frost et ses hommes près du pont.

Critique de Un pont trop loin  Critique de Un pont trop loin  Critique de Un pont trop loin

Critique de Un pont trop loin  Critique de Un pont trop loin  Critique de Un pont trop loin

Critique de Un pont trop loin  Critique de Un pont trop loin  Critique de Un pont trop loin

Critique de Un pont trop loin  Critique de Un pont trop loin  Critique de Un pont trop loin

  • Lyrik Le Vétéran, Testeur, Historien
  • "I'm ashamed of you, dodging that way. They couldn't hit an elephant at this distance" Major général John Sedgwick avant d'être mortellement frappé par une balle sudiste...