Apollo 13

Syriuss
Thématique
Conquête spatiale
7 février
2014
Info sur le film
Titre originalApollo 13
Durée140 min
GenreDrame, catastrophe
RéalisateurRon Howard
Sortie8 novembre 1995
Partager

« C'est un petit pas pour l'homme mais un bond de géant pour l'Humanité ! ». Ces mots vous disent quelque chose ? Normal, cette phrase emblématique, probablement connue dans tous les pays du monde, fut prononcée par Neil Armstrong le 21 juillet 1969, lorsqu'il réalisa les premiers pas de l'homme sur la Lune durant la mission spatiale Apollo 11.

Apollo 13 est une autre mission du programme Apollo, qui avait pour but de ramasser des roches lunaires et de réaliser diverses expériences sur notre satellite naturel. Elle fut dirigée par le commandant James « Jim » Lovell, l'astronaute le plus expérimenté de la NASA.

PETIT RAPPEL HISTORIQUE

Alors que les américains prirent une avance considérable sur l'Union Soviétique pour la conquête de l'espace suite au succès de la mission Apollo 11 durant l'été 1969, les missions Apollo continuèrent, mais cette fois-ci dans le but de prélever des échantillons lunaires et de réaliser diverses expériences.

La mission Apollo 13 exécuta son départ quasiment un an après Apollo 11, le 11 avril 1970.

L'équipage de cette mission se compose du commandant Jim Lovell, du pilote du module de commande Ken Mattingly (qui fût remplacé par Jack Swigert car il fut suspecté de rougeole) et enfin Fred Haise, le pilote du module lunaire.

Trois jours seulement après le lancement de la mission Apollo 13 par la fusée Saturn V, un réservoir d'oxygène explosa en pleine espace, la navette se trouvait alors à 321 860 Km de la Terre.

Le réacteur principal du module de commande ayant pu être endommagé, l'équipage ne pouvait plus se poser sur la Lune. Les astronautes devaient donc retourner immédiatement sur Terre, et c'est ainsi qu'Apollo 13 ne mettra jamais les pieds sur la Lune. Dorénavant, le principal objectif était de ramener les astronautes sains et saufs sur Terre.

« HOUSTON NOUS AVONS UN PROBLÈME ! »

Après ce petit rappel, penchons-nous sur le film. Apollo 13 est un film de 140 minutes réalisé par Ron Howard (Da Vinci Code, La Rançon). Le long métrage remet en scène les véritables membres de l'équipage d'Apollo 13, à savoir Jim Lovell (Tom Hanks), Ken Mattingly (Gary Sinise), Jack Swigert (Kevin Bacon) et Fred Haise (Bill Paxton). La musique du film est réalisée par James Horner et le scénario est inspiré du livre écrit par James Lovell lui-même, Lost Moon. Le film sera nommé aux Oscars dans neuf catégories et en remportera deux, le meilleur montage et le meilleur montage sonore.

Le film commence lorsque Jim Lovell et son équipage sont nommés pour effectuer la mission Apollo 13. Après le succès de la mission Apollo 11, le commandant Lovell se fait une joie de pouvoir retourner dans l'espace, mais avec cette fois-ci pour objectif le sol lunaire. Lors des tests de préparation, l'équipage apprend que le pilote du module de commande Ken Mattingly est susceptible de développer la rougeole une fois dans l'espace, il est donc remplacé par Jack Swigert, pilote de l'équipage de remplacement, deux jours avant le départ.

Le film repasse la vie des astronautes à bord de la navette spatiale durant leur trajet en direction de notre satellite naturel.

Au bout de trois jours, le 14 avril 1970, lorsque Jack Swigert procède à une manipulation qui aurait dû se dérouler sans encombre, un réservoir d'oxygène explose. Cette explosion a probablement endommagé les piles à combustible et le réacteur principal du module de commande. Mais cette explosion n'est que le début d'une série de problème qui va mettre à rude épreuve le cœur de nos trois astronautes.

UNE ADAPTATION FIDÈLE D'UNE MISSION QUALIFIÉE D'ÉCHEC RÉUSSIE

Le film de Ron Howard est plutôt fidèle à la réalité historique des événements. En effet, le film est tiré du livre Lost Moon écrit par le commandant James « Jim » Lovell. De plus, énormément de détails sont retranscrits dans ce long métrage comme par exemple la maladie dont Ken Mattingly est suspecté, qui est bel et bien la rougeole ou encore l'habillement typique de Gene Kranz directeur du vol et la présence du véritable insigne de la mission Apollo 13 sur son gilet.

Le design sonore est également très bien réalisé, il permet au téléspectateur de se plonger réellement dans l'ambiance catastrophique de l'événement. Le stress est omniprésent dès l'explosion du réservoir d'oxygène jusqu'aux dernières minutes du film. La succession des éléments perturbateurs plonge le spectateur dans un suspens constant, où il en vient à se demander comment l'équipage va s'en sortir indemne.

James Horner, quant à lui, a très bien su gérer le travail qui lui était demandé. Sa musique apporte énormément à l'ambiance du film et rend le suspens encore important. La composition de James Horner se mélange parfaitement avec le jeu des acteurs.

Tom Hanks incarne Jim Lovell à la perfection, son jeu d'acteur est tout à fait digne de ce à quoi il nous a habitués en interprétant des rôles comme Forest Gump ou Andrew Beckett dans le film Philadelphia. Le commandant Lovell et le reste des personnages du film Apollo 13 sauront vous véhiculer les émotions nécessaires dans une réalisation où le stress et le suspens ne vous laisse aucun moment de répit.

VERDICT

Apollo 13 est sans nul doute un des plus grands films catastrophes de son époque. Retraçant la véritable histoire de trois malheureux astronautes américains qui n'oublieront probablement jamais leur voyage autour de la Lune. Plusieurs phrases de cette mission devinrent des expressions emblématiques comme la célèbre « Houston nous avons un problème ! » qui fût prononcé par Jack Swigert après l'explosion du réservoir, ou encore « Messieurs, nous venons de perdre la Lune. », prononcé par Jim Lovell.

Ce long métrage de Ron Howard est donc un classique incontournable, qui ne vous laissera pas une seconde d'ennui et qui vous plongera dans une ambiance catastrophique, appuyée par un design sonore digne de l'Oscar 1996 du meilleur montage sonore.

  • Syriuss le Fanatique, Contributeur
  • "Les guerres se succédent, mais l'âme du soldat reste éternelle..." 2Pac